Où l’on reparle des fibrates !

La revue « Prescrire » vient de publier son guide « Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2017 » dans lequel elle étale la liste des médicaments plus dangereux qu’utiles qu’il faut impérativement éviter de consommer.
Dans cette liste de 91 médicaments (dont 82 commercialisés en France), on y retrouve bien évidemment les fibrates :Le bézafibrate (Befizal), le ciprofibrate (Lipanor ou autre) et le fénofibrate (Lipanthyl ou autre), des hypocholestérolémiants sans efficacité préventive cardiovasculaire au-delà d’un effet placebo, ex­posent à de nombreux effets indésirables, notam­ment cutanés, hématologiques et rénaux.
Par contre ils considèrent que le gemfibrozil (Lipur) serait le seul qui ait une certaine efficacité démontrée sur les complications cardiovasculaires de l’hypercholes­térolémie. Mais à condition de surveiller étroite­ment la fonction rénale et l’activité CPK sérique.
Pour info, j’ai analysé un seul essai clinique sur le gemfibrozil et bien que celui-ci démontrait effectivement une légère baisse des maladies cardiovasculaires, il démontrait surtout une augmentation conséquente de la mortalité toutes causes et autre que cardiovasculaire…
Donc prenez du gemfibrozil (Lipur) et vous aurez le plaisir de mourir plus vite, mais avec des artères en bon état !
Prescrire : Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2017

Laisser un commentaire