Un taux de cholestérol bas favorise la maladie de Parkinson

Telle est la conclusion d’une étude d’observation sur 261 638 personnes âgées de 40 à 79 ans ne prenant pas de statines.
L’augmentation des cas de maladies de Parkinson est corrélée avec les niveaux bas de cholestérol total et LDL, mais il semblerait que les hommes soient plus impactés que les femmes.
Ceci est d’ailleurs confirmé par une autre étude, initialement parue en 2005 mais qui, à l’époque, avait été rejetée par la plupart des revues médicales, étant préjudiciables aux drogues « miraculeuses » que sont les statines. Entre temps, une autre étude parue en 2006 va encore plus loin puisqu’elle accuse directement les statines de provoquer la maladie de Parkinson.
Tout ceci est extrêmement inquiétant. Je rappelle que dans l’étude Fourier sur le Repatha (inhibiteur de PCSK9), les patients sous traitement pouvaient atteindre des taux de cholestérol inférieurs à 0,40g/l. Les auteurs de l’étude s’étant même fendus d’un bref avertissement Bien que les conséquences néfastes des LDL-C très faibles n’aient pas été identifiées dans ces essais, les effets à long terme de niveaux très bas de C-LDL induite par Repatha® sont inconnus.
C’est ce qu’on appelle vulgairement « du foutage de gueule » !
D’un autre coté, d’ici quelques années, tout ceci va favoriser la vente de produits contre la maladie de Parkinson, aussi c’est peut-être le moment opportun pour devenir actionnaires des labos produisant ce genre de médicaments…
American Journal of Epidemiology : Serum Cholesterol Levels and the Risk of Parkinson’s Disease
Wiley Online Library : Statins may facilitate Parkinson’s disease: Insight gained from a large, national claims database

Laisser un commentaire