Encore une remise en cause des dogmes acquis…

Un article parus dans BMJ fait le point sur les causes des maladies cardiovasculaires et tord le cou à de nombreuses certitudes assénées par les labos pharmaceutiques ainsi que par le corps médical :

  • Le mythe des graisses saturées qui provoque les maladies cardiovasculaires est totalement faux, celles-ci seraient même favorables pour éviter ces dernières, au contraire des régimes pauvres en graisses et des régimes riches en hydrates de carbones.
  •  Le régime méditerranéen est beaucoup plus efficace à réduire les maladies cardiovasculaires que n’importe quel médicament hypocholestérolémiant.
  • Le risque du cholestérol LDL qui tue a été largement surévalué et à été conduit par les entreprises commercialisant des aliments « faibles en gras » et des médicaments « éprouvés pour réduire le cholestérol » .
  • Chez les plus de 60 ans, une révision systématique récente a conclu que le cholestérol LDL n’est pas associé aux maladies cardiovasculaires et est inversement associé à la mortalité toutes causes.
  • La non-sédentarité et le la réduction du stress sont des éléments extrêmement importants.

En conclusion, je terminerai par la citation de ces 2 phrases:

Il est temps de déplacer le message de santé publique dans la prévention et le traitement de la maladie coronarienne et de cesser de mesurer les lipides sériques et de réduire les graisses saturées alimentaires.

Il n’y a pas de modèle d’entreprise ou de marché pour aider à diffuser cette intervention simple mais puissante

Eh oui, que du bon sens… mais c’est tout un pan de l’économie qui va s’effondrer pour les entreprises pharmaceutiques et agroalimentaires qui font (très) largement leur beurre sur ces éléments…

British Journal of Sports Medicine : Saturated fat does not clog the arteries: coronary heart disease is a chronic inflammatory condition, the risk of which can be effectively reduced from healthy lifestyle interventions

Une consommation élevée de graisses (y compris animales) diminue la mortalité, à contrario une consommation élevée d’hydrates de carbones augmente celle-ci

L’étude « Prospective Urban-Rural Epidemiology PURE », une vaste étude observationnelle sur l’impact des sucres et des graisses sur la mortalité toutes causes et la mortalité cardiovasculaire (CV) démontre que non seulement des apports élevés en graisse et notamment en graisses animales diminueraient le risque de mortalité, mais aussi que des apports élevés (plus de 60 %) en glucides entraînent une augmentation des décès toutes-causes (sans effets sur la mortalité spécifiquement cardiovasculaire). L’idéal semblerait un niveau d’environ 55 % d’hydrates de carbones pour environ 35 % pour les graisses (y compris animales).

Bien sûr, de nombreuses voix s’élèvent pour dire que depuis très longtemps, la littérature médicale prône exactement l’inverse. Ces mêmes voix ne doivent pas être au courant que Coca-Cola a payé de nombreux scientifiques et corrompu de nombreux organismes publiques afin de minimiser les dangers du sucre dans l’alimentation…

Un autre conclusion intéressante de cette étude concerne le bienfait du régime méditerranéen puisqu’il a été constaté qu’une consommation élevée de fruits, de légumes et de légumineuses était inversement associé aux maladies cardiovasculaires majeures, à l’infarctus du myocarde, à la mortalité cardiovasculaire, à la mortalité non cardiovasculaire et à la mortalité totale.

Pour une fois que la France, avec le « Programme national nutrition santé » qui recommande 5 fruits et légumes par jour, est un précurseur en la matière et va dans le bon sens…

The Lancet : Associations of fats and carbohydrate intake with cardiovascular disease and mortality in 18 countries from five continents (PURE): a prospective cohort study

The Lancet : Fruit, vegetable, and legume intake, and cardiovascular disease and deaths in 18 countries (PURE): a prospective cohort study

Pour rappel, les différents articles sur les malversations de Coca-Cola et consors :

Enfin une étude qui fait du bien…

En effet, les auteurs de cette étude sont arrivés à la conclusion que la consommation de graisses saturées et le taux de cholestérol LD n’ont rien à voir avec les maladies cardiovasculaires et qu’il serait temps de faire cesser les messages prônant la réduction des lipides sériques ainsi que la réduction des graisses saturées alimentaires afin de réduire l’apparition des maladies coronariennes.
Les maladies coronaires sont dues à une inflammatoire chronique et elle peuvent-être réduite efficacement grâce à une nourriture saine et équilibrée ainsi qu’en marchant environ 22 minutes par jour.
Ils révèlent, en outre, qu’une analyse des données non publiées de la « Sydney Diet Heart Study » et de la « The Minnesota Coronary Experiment » ont révélé que le remplacement des graisses saturées par des huiles végétales contenant de l’acide linoléique, augmente le risque de mortalité malgré des réductions significatives du LDL et du cholestérol total (TC) et qu’un examen soigneux des études d’observation n’ont révélé aucune association entre la consommation de graisses saturées et la mortalité, qu’elle soit cardiovasculaire ou toutes causes, les maladies cardiovasculaires, l’accident ischémique ou le diabète de type 2 chez les adultes en bonne santé.
Une bonne hygiène de vie (régime méditerranéen, non-sédentarité, réduction du stress, etc.) est largement plus efficace que les statines et absolument sans aucun effets secondaires.
Voilà qui à le mérite d’être clair et va à contre-courant des communiqués commerciaux en provenance de tous ceux qui sont grassements payés par les labos pour dire le contraire…
BMJjournals : Saturated fat does not clog the arteries: coronary heart disease is a chronic inflammatory condition, the risk of which can be effectively reduced from healthy lifestyle interventions