Effets secondaires des statines : les labos méprisent vraiment les patients

Et encore je suis gentil, j’ai largement édulcoré le libellé du titre…

La semaine dernière, je m’étais fait l’écho (ironiquement…) de cette nouvelle étude1 tentant de prouver que les douleurs musculaires dues aux statines ne sont qu’affabulations.

De nouvelles informations2 démontre que ces allégations ne sont qu’un exercice de communication de la part des labos afin de relancer les prescriptions de statine.

En effet, cette fameuse étude a été menée par le CTT (Cholesterol Treatment Trialists), dépendant de l’Université d’Oxford. Le CTT étant une branche de la Clinical Trial Service Unit (CTSU) d’Oxford qui a reçu plus de 260 millions de livres sterling de financement de la part des industries pharmaceutiques, une grosse partie de cette somme provenant d’industries fabriquant des statines et autres médicament hypercholestérolémies.

LE CTT a aussi signé une convention avec les labos lui interdisant de partager les données avec d’autres chercheurs. Ce qui confirme bien, comme je l’avais signalé, que les données sur lesquelles s’appuie cette étude n’ont jamais été rendues publiques.

Il faut aussi noter que dans l’analyse effectué par le CTT, 78 % des essais n’avaient pas spécifiquement soit enquêté, soit relevé la moindre statistique sur les douleurs musculaires. En outre, il y a un manque flagrant d’hétérogénéité dans les statistiques, les pourcentages relevés de douleurs musculaires s’étalant de 1,0 % à 60,5 % selon les études… Sans compter que la plupart des études débutent par une phase de « run-ins », c’est-à-dire que l’on donne des statines à tous les participants pendant une certaine durée et à l’issue de laquelle on exclue tous ceux présentant des effets secondaires indésirables. Ce qui permet de ne garder que ceux qui, vraisemblablement, réagiront le mieux au produit.

D’autres pratiques dans les études mentionnées consistaient à exclure les sujets présentant une « intolérance aux statines » (ASCOT-LLA, PROVE-IT), à exclure toute personne ayant des antécédents connus de myopathie induite par les statines (4D, CORONA, AURORA, JUPITER), à exclure les personnes présentant une « contre-indication aux statines » connue (HOPE-3) et à exclure toute personne ayant des antécédents de rhabdomyolyse non traumatique (essai AZ). De plus, 15 essais sur les statines dans l’analyse ont exclu les patients présentant des taux élevés de CK.

Donc encore un essai bidonné par les industries pharmaceutiques dont, hélas, la presse va en reprendre bêtement les informations.

Une dernière chose : en 2020, les ventes de statines n’auraient rapporté « que » mille milliards de dollars3 ! Pas mal pour un produit dont l’efficacité n’est même pas de 0,01 % et dont les effets secondaires dépassent en moyenne les 60 %…

Eh oui, moi aussi j’aime bien jouer avec les pourcentages absolus/relatifs !

 

Laisser un commentaire