Cholestérol, le grand bluff

Pour ceux qui ne l’ont pas vu (ou ceux qui souhaite le revoir), le documentaire d’Anne Georget « Cholestérol, le grand bluff » est rediffusé sur Arté mardi 28 novembre 2017 à 20h30.

Un documentaire qui, lors de sa précédente diffusion, avait fortement déplu à tous les grands adorateurs inconditionnels des statines…

 

Excellent documentaire sur Arté « Cholestérol : le grand bluff »

Didactique, explications claires et lumineuses compréhensibles mêmes pour les néophytes, enfin un documentaire sur le cholestérol et ses traitements qui nous changent de la sempiternelle soupe servit d’habitude par des journaleux à la solde des labos…
Reste à espérer que celui-ci va réveiller les consciences et enfin nous permettre de ne plus se faire traiter de criminel et/ou de suicidaire ; ce qui, à mon avis, ne viendra pas spontanément des instances médicales ou gouvernementales. Il faut continuer de nous battre pour refuser de se laisser empoisonner et ainsi faire bouger les choses !
A voir les réactions de pro-statines, telle ce professeur Ulrich Laufs dont la pratique de la langue de bois digne des meilleurs politicards et que les nombreux conflits d’intérêts ne rendent même pas crédible, c’est encore loin d’être gagné… (Les conflits d’intérêts du Pr Ulrich Laufs : ADDA, Akdä, AMGEN, AstraZeneca, Bayer, Berlin-Chemie, Boehringer-Ingelheim, DACH, Daiichi-Sankyo, DFG, EU, I-cor, Lilly, Medtronik, MSD, Pfitzer, Roche, Sanofi, Servier, Stifterverbad, Synlab, UdS et UKS. Excusez du peu, mais on y retrouve les principaux fabricants de statines…).

Sur Arté, mardi 18 octobre à 20h50, ne ratez pas le reportage « Cholestérol : le grand bluff »

Qui dénonce la théorie du cholestérol comme un vaste mensonge, façonné à la fois par une série d’approximations scientifiques et par de puissants intérêts économiques, de l’industrie agroalimentaire d’abord, des laboratoires pharmaceutiques ensuite.
Celui-ci est déjà passé sur RTSDEUX (chaîne de tv suisse) et d’après les échos que j’ai pu en avoir, il faut absolument le regarder !

D’après Ouest-France, l’infarctus chez les femmes aurait 40% de risque d’être mal diagnostiqué. Ben voyons…

Où comment faire du sensationnel en propageant de fausses données (en plus cautionnées par la FFC !). En effet, le journaleux à la basse de cette dépêche totalement mensongère ferait bien d’apprendre à lire un article scientifique avant de propager de telles rumeurs, telle est la conclusion du blog de Grange Blanche qui explique en détail les tenants et aboutissements de l’affaire.