Antiagrégants plaquétaires après une pose de stent : 6 mois valent mieux que 12…

C’est la conclusion de cette nouvelle étude qui testait l’innocuité et l’efficacité d’un traitement antiplaquettaire double (TAPD) de 6 mois par rapport à 12 mois chez des patients présentant un infarctus du myocarde à segment ST élévé (STEMI) et subissant une intervention coronarienne percutanée primaire (PPCI) avec endoprothèse de deuxième génération à élution médicamenteuse (DES).

Le résultat principal, mortalité toutes causes confondues, IM, revascularisation, accident vasculaire cérébral et hémorragie majeure due à l’IIMT à 18 mois pour le DAPT de 6 mois contre 12 mois, était de 4,8 % contre 6,6 %.

  • Mortalité toutes causes confondues: 0,7 % contre 1,4 %
    IM: 1,8 % vs 1,8 %
    Saignement majeur TIMI: 0,2% vs. 0,5%

Résultats secondaires pour le DAPT de 6 mois par rapport au DAPT de 12 mois:

  • Thrombose de l’endoprothèse: 0,7 % vs 0,9 %
    Échec de la lésion cible: 1,2% vs 1,8%

Donc moins de mortalité (50% quand même…) et moins de saignements majeurs ainsi que thromboses pour une durée de 6 mois vs 12 mois.

Ce n’est pas la première étude qui va dans ce sens (et certainement pas la dernière…), mais ça n’empêche pas les cardiologues de continuer à conseiller (enfin, plutôt imposer…) 12 mois de traitement par double antiagrégation.

J’ai bien évidemment mis à jour la page Les antiagrégants plaquettaires après une pose de stent

Nouveau coup dur pour le Prasugrel (Efient)

Une étude a testé la différence d’efficacité entre le Prasugrel (Efient) et le Clopidogel (ce bon vieux Plavix).

Tous les patients ont été assignés au Prasugrel pendant une semaine, puis la moitié de ceux-ci sont passé aux Plavix. Parmi ces derniers, ceux chez qui a été diagnostiqué (40 %) une forte réactivité plaquettaire lors de la prise du Clopidogrel ont été réorientés vers le Prasugrel.

L’essai clinique s’est tenu pendant une durée de 11 mois et demi pendant laquelle il y a eu moins de cas concernant le critère d’évaluation principal (mortalité CV, IM, accident vasculaire cérébral ou saignement de grade 2 ou supérieur, selon les critères du Bleeding Academic Research Consortium [BARC]) dans le groupe Plavix (7 %) par rapport au groupe Prasugrel (9%) ainsi que pour les hémorragies (BARC 2 ou supérieure) qui sont de 5 et 6 % respectivement pour le Plavix et l’Efient.

Je cite la conclusion de l’étude : La désescalade guidée du traitement antiplaquettaire n’était pas inférieure au traitement standard avec Prasugrel à 1 an après la PCI en termes de bénéfices cliniques nets. Notre essai montre que la désescalade précoce du traitement antiplaquettaire peut être considérée comme une approche alternative chez les patients atteints d’un syndrome coronarien aigu administré avec une PCI.

Une fois de plus, il est démontré qu’il ne sert à rien de nous fourguer un médicament vendu 4 à 5 fois plus cher que ce bon vieux Plavix pour une efficacité même pas supérieure et avec des effets secondaires indésirables conséquents (hémorragies graves, voire mortelles !)

Vu la quantité de Prasugrel prescrite, je doute que tous les cardiologues lisent vraiment les essais cliniques…

J’ai bien sûr mis à jour la page sur Les antiagrégants plaquettaires

Une nouvelle étude prouve (une fois de plus) que le Plavix est toujours dans la course et que le Brilique (Ticagelor) est une arnaque dangereuse…

L’étude clinique « Clopidogrel or Ticagrelor in acute coronary syndrome patients treated with newer-generation drug-eluting stents: CHANGE DAPT » a évalué les performances respectives du Clopidrogel (Plavix) et du Brilique (Ticagrelor) sur 2 062 patients atteints d’ACS (Acute coronary syndrome) dans le monde réel, traités par intervention coronarienne percutanée (PCI) avec des stents nouvelle génération (drug eluding stents). Le paramètre composite principal étant les événements cliniques et cérébraux indésirables suivants : décès toutes causes confondues, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ou hémorragie majeure.

Je vais faire bref : avec le Brilique (Ticagrelor), les auteurs de l’étude ont constatés une augmentation légère de la mortalité toutes causes et des infarctus, une augmentation conséquente des AVC (hémorragique et ischémiques), des saignements hémorragiques graves, de la mortalité cardiovasculaire, par infarctus ou AVC, des revascularisations par PCI et des thromboses définitives des stents.

La HAS ayant déjà sorti plusieurs documents dans lequel elle dénonçait le manque d’efficacité du Brilique (Ticagrelor) ainsi que de L’Efient (Prasugrel), on est en droit de s’interroger sur le niveau de compromission de cette institution qui laisse mettre sur le marché (et par la même rembourser par la sécu…) ces deux produit qui sont vendus à des prix prohibitifs (40€ pour l’Efient, 80 € pour le Brilique alors que le plavix est à environ 15€ seulement…) alors qu’ils ne sont pas plus efficaces, voire plus dangereux ! Je m’interroge aussi quant aux cardiologues qui les prescrivent (de plus en plus, hélas !). Soit ils ne lisent pas les études, soit ils s’en fiche complètement…

Eurointervention : Clopidogrel or ticagrelor in acute coronary syndrome patients treated with newer-generation drug-eluting stents: CHANGE DAPT

HAS : Synthèse d’avis de la commission de transparance : Efient 10 mg (Prasugrel), antiagrénant plaquettaire

HAS : Synthèse d’avis de la commission de transparance : Brilique (Ticagrelor), antiagrénant plaquettaire

Prasugrel et Tigracelor vs Clopidogrel : on se fout de nous !

Je suis en train de préparer une nouvelle page sur les antiagrégants plaquettaires. Comme je m’y prends un peu dans le désordre, j’ai commencé par travailler en premier sur les performances respectives du Prasugrel (Efient) et du dernier sorti le Ticagrélor (Brilique) par rapport au Clopigogrel (Plavix).
Vous savez quoi ? Le Prasugrel et le Tigracelor ne sont même pas plus performants que le Clopidogrel !
Là où ça devient un vrai scandale, c’est que le Plavix (génériqué) est commercialisé au prix de 16€ alors que l’Effient et le Brilique (non génériqués) sont commercialisés respectivement aux prix de 50€ et 75€.
Les cardiologues, toujours à l’affût des nouveautés (ont l’a vu avec l’Efient…), vont bien évidemment se jeter sur le Tigracelor (que la sécu rembourse bien évidemment…).
Notre chère (une fois de plus, le terme est bien choisi…) ministre de la santé Marissol Touraine ferait bien d’interdire le remboursement de médicaments vendus presque 5 fois plus chers alors qu’ils ne sont même pas plus efficaces au lieu de réduire encore et toujours les postes d’infirmières dans les hôpitaux. D’un autre côté, je conçois très bien qu’à son niveau, elle ne veut pas se fâcher avec ses petits copains des labos afin de pouvoir se recaser facilement en fin de mandat…
Est-ce qu’un jour on aura un(e) ministre de la santé digne de ce nom, totalement indépendante des labos et qui saura prendre les bonnes décisions, au lieu d’un(e) abruti(e) de ministre totalement à la solde des labos pharmaceutiques !