Les inhibiteurs de la CETP sont définitivement morts et enterrés

Le laboratoire Merk, dernier labo à tester les inhibiteurs de la CETP après que les 3 autres labos (Hoffman-Laroche, Eli-Lilly et Pfitzer) aient jeté l’éponge, vient d’annoncer dans un communiqué qu’il renonce à demander une AMM pour cette molécule, celle-ci n’ayant pas brillé par son efficacité lors de l’essai clinique REVEAL (« Malheureusement, après une évaluation exhaustive, nous avons conclu que le profil clinique de l’anacetrapib ne permet pas de soumettre les déclarations réglementaires. »).
Il est vrai que malgré les annonces de Merk qui laissait entendre que les résultats  qui seraient présentés lors de l’ « European Society of Cardiology (ESC) 2017 Congress » dépasseraient toutes les espérances, l’Anacetrapib n’a été crédité que d’un très modeste 9% du risque relatif d’un critère primaire composite (décès d’origine coronarienne, infarctus ou revascularisation). Ce qui ramené en % absolus est à peine significatif et avait plutôt déçu…
Plutôt étonnant de la part d’un médicament qui non seulement faisait baisser fortement le cholestérol LDL, mais augmentait aussi le cholestérol HDL…

Où l’on reparle des inhibiteurs de la CETP

Je croyais que les inhibiteurs de la CETP (chargés d’augmenter le cholestérol HDL et de diminuer légèrement le cholestérol LDL) étaient définitivement morts et enterrés. Il faut dire que tous les essais de cette molécule ont été, au mieux négatifs, au pire catastrophique (augmentation conséquente de la mortalité).
Jugez un peu des résultats :

  1. Dalcetrapib : (Hoffmann–La Roche) => Inefficacité totale… Développement abandonné !
  2. Evacetrapib : (Eli Lilly) => Inefficacité totale… Développement abandonné !
  3. Torcetrapib : (Pfizer) => Forte augmentation des décès. Développement abandonné !
  4. Anacetrapib : (Merk)=> Augmentation des décès (trial DEFINE) mais toujours en phase de test (trial REVEAL)

3 labos sur 4 ont jeté l’éponge devant la catastrophe, seul Merk a continué les tests avec le trial REVEAL. Et voilà que celui-ci vient de sortir un communiqué précisant que l’essai clinique à atteint son point final primaire. Pas d’autres précisions pour le moment, les résultats définitifs devant être proposés au congrès de l’European Society of Cardiology meeting fin août (ben oui, faut faire durer le suspense, c’est bon pour le cours de l’action…).
Ceci est tout de même étonnant car non seulement les autres molécules n’ont jamais fait preuve de la quelconque efficacité (enfin si, augmentation conséquente de la mortalité…) mais, en outre, l’essai clinique précédent de l’ANACETRAPIB (DEFINE) produite par Merk a montré une augmentation (en pourcentages relatifs, je vais être salaud…) de la mortalité cardiovasculaire de 300% et de la mortalité toutes causes de 37,50%…
Et là, Merk nous pond un miracle ! Faudrait peut-être arrêter de prendre les patients pour des cons…
Bon, je conçois qu’une étude financée par Merk, exécutée par le Clinical Trial Service Unit (CTSU) de l’University d’Oxford (financée par les industries pharmaceutiques et dont Rory Collins est à la présidence), en collaboration avec le TIMI Study Group (dont les membres sont rémunérés par Merk ainsi que les principaux labos produisant des médicaments hypocholestérolémiants) ne peut pas être négatif !

le « bon » cholestérol ne serait pas si bon…

Une étude américaine rapportent que le HDL-cholestérol n’est pas aussi bénéfique pour les artères que l’on pourrait le penser !
Jusqu’à présent, les essais cliniques évaluant des molécules (inhibeurs de CEPT) augmentant les taux de HDL-cholestérol (le fameux « bon » cholestérol) ont montré des résultats décevants, ne conduisant pas comme on pouvait l’espérer à une diminution du risque d’athérosclérose. Cette nouvelle étude va dans le sens de travaux antérieurs indiquant que des concentrations élevées en HDL-C ne confèrent pas forcément une protection vis-à-vis de l’athérosclérose des artères coronaires.

Lilly annonce l’arrêt prématuré de l’essai clinique « ACCELERATE »

Le 12/10/2015, le laboratoire Eli Lilly and Company s’est fendu d’un communiqué annonçant l’arrêt de l’essai clinique « ACCELERATE » sur l’Evacetrapib en raison d’une efficacité insuffisante ! Ce dernier fait parti de la classe des inhibiteurs de CEPT censé réduire les maladies cardiovasculaires en provoquant une forte hausse du cholestérol HDL ainsi qu’une non moins forte baisse du cholestérol LDL.
Il faut noter que les précédents essais cliniques de cette classe de produits se sont tous révélé plus ou moins catastrophiques, étant au mieux inefficaces, au pire provoquant une sérieuse augmentation des décès !