Les statines et autres hypocholestérolémiants : efficacité

Cas particulier des fibrates, résines, acide nicotinique et ézétimibe :

Avant toute chose, Je tiens particulièrement à mettre en avant le communiqué de la HAS (Haute Autorité de Santé) qui, dans son « GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie coronarienne stable »[1], émis en septembre 2014 et réactualisé en juillet 2015, reconnaît elle-même que ces produits n’ont strictement aucune efficacité : Les autres traitements (fibrates, résines, acide nicotinique, ézétimibe) peuvent réduire le cholestérol LDL, mais aucun avantage lié à ces alternatives n’a été montré en termes de prévention secondaire des complications de l’athérosclérose.
Ce qui à été confirmé depuis pour niacine et fibrates[2] ainsi que l’ézétimibe[3] par la FDA (U S Food and Drug Administration)
Ce que qu’ont confirmés plusieurs autres organismes indépendants tels que la revue Prescrire[4], Cochrane[5][6] ou BIP31[7] (entre autres…).
Ces produits faisant tous baisser plus ou moins fortement le cholestérol, ceci confirme aussi que la réduction des maladies cardiovasculaires n’est pas uniquement liée à une quelconque baisse du cholestérol…
Ce qui n’empêche pas ces produits d’être toujours prescrits (et remboursés), peut-être un peu moins depuis que leur prescription doit être conditionné à accord préalable du service médical de l’Assurance Maladie[8]) …
NB : Ces produits (fibrates, résine, niacine) n’étant quasiment plus prescrits, je ne m’étendrais pas dessus. De toute façon, si un médecin vous prescrit encore un de ces produits, sortez immédiatement de son cabinet et changez de médecin…

Concentrons-nous sur l’ézetimibe :

L’inefficacité de ce produit à d’ailleurs été confirmé par Merk lors de la présentation des résultats de l’étude IMPROVE-IT en avouant[9] Les renseignements thérapeutiques pour ZETIA (ézétimibe) affirme que l’effet de ZETIA sur la mortalité et la morbidité cardiovasculaire n’a pas été déterminé. ZETIA n’est donc pas indiqué pour une utilisation avec une statine afin de réduire les événements cardiovasculaires chez les patients qui ont présenté des syndromes coronariens aigus.
Ce que confirme encore la HAS que se soit pour l’EZETROL[10] (ezetimibe seul), l’INEGY[11] (Simvastatine/ezetimibe) ou le LIPTRUZET[12] (Atorvastatin/ezetimibe).
Ce que confirme les 9 études concernant ce produit et qui n’ont démontré au mieux aucune efficacité de ce produit, au pire une aggravation de la mortalité.

Nom de l'étude Date Ce que l'on peut en retenir...
Merck says U.S. FDA reject its claim that Zetia and Vytorin cut heart risk 2016 L'effet de Zetia sur la morbidité et la mortalité cardio-vasculaire n'a pas été déterminée.
La FDA a déterminé que le Vytorin, qui est une combinaison de Zetia et de simvastatine, n'a démontré aucun avantage supplémentaire sur les maladies cardiovasculaires au-delà de celles établies pour la simvastatine.
TRANSPARENCY COMMITTEE OPINION : LIPTRUZET (ezetimibe/atorvastatin), fixed combination of cholesterol-lowering drugs 2015 L'efficacité de l'association (libre ou fixe) de l'ézétimibe avec l'atorvastatine n'a été démontrée que sur un critère biologique, la réduction des taux de cholestérol LDL (c-LDL).
L'efficacité en termes de morbidité et de mortalité n'a pas été démontrée à ce jour.
Aucune donnée clinique concernant l'efficacité de la combinaison fixe n'est actuellement disponible.
GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie coronarienne stable (page 31) 2015 Dans ce document émis en octobre 2014 et réactualisé en juillet 2015, la HAS (Haute Autorité de Santé déclare : Les autres traitements (fibrates, résines, acide nicotinique, ézétimibe) peuvent réduire le cholestérol LDL, mais aucun avantage n’a été montré pour ces alternatives en terme de prévention secondaire des complications de l'athérosclérose.
VYTORIN (ezetimibe/simvastatin) Significantly Reduced Cardiovascular Events More than Simvastatin Alone in Patients Presenting with Acute Coronary Syndromes in the Investigational IMPROVE-IT Study 2014 Extrait du document officiel du laboratoire Merk au sujet de cette étude : L'information de prescription pour le VYTORIN stipule qu'aucun avantage supplémentaire du VYTORIN sur la morbidité et la mortalité cardiovasculaires en sus de celui démontré pour la Simvastatine n'a été établi. VYTORIN n'est pas indiqué pour réduire les événements cardiovasculaires chez les patients qui ont présenté des syndromes coronariens aigus. NDLR : Quand le labo Merk lui-même reconnaît que son produit ne sert à rien...
Extended-Release Niacin or Ezetimibe and Carotid Intima–Media Thickness 2009 Aucun changement net significatif de l'épaisseur intima-média carotide n'a été observé avec l'ézétimibe.
Il y avait une relation inverse significative entre les changements de taux de cholestérol LDL et l'épaisseur intima-média carotide dans le groupe ézétimibe (R = -0,31, P <0,001), de sorte qu'une augmentation paradoxale de l'épaisseur intima-média carotide a été observée pour les patients ayant eu une plus grande réduction du cholestérol LDL.
Nous avons trouvé une relation paradoxale inattendue d'un degré plus élevé de progression de l'athérosclérose chez les patients avec des réductions plus importantes, induites par l'ézétimibe, du taux de cholestérol LDL.
Une exposition médicamenteuse accrue a été liée à une progression de la CIMT avec l'ézétimibe
HAS - Opinions on drugs : EZETROL 2009 L’ézétimibe n’a pas démontré d’efficacité en termes de morbi-mortalité.
HAS - Opinions on drugs : INEGY 2009 INEGY n’a pas fait la démonstration de son efficacité en termes de morbi-mortalité.
Simvastatin with or without Ezetimibe in Familial Hypercholesterolemia 2008 Chez les patients atteints d'hypercholestérolémie familiale, la thérapie combinée ézétimibe plus simvastatine n'entraînait pas une différence significative dans les changements d'épaisseur moyenne de l'intima-média, par rapport à la simvastatine seule, malgré la diminution des niveaux de LDL-cholestérol et de la protéine C - réactive.
La réduction du cholestérol LDL par l'addition de l'ézétimibe + simvastatine n'a pas réduit l'épaisseur moyenne de l'intima-média de la carotide et de l'artère fémorale chez les patients atteints d'hypercholestérolémie familiale dans notre étude. La raison de l'échec d'un effet progressif sur l'épaisseur moyenne de l'intima-média malgré une réduction des taux de cholestérol LDL reste inconnue.
Intensive Lipid Lowering with Simvastatin and Ezetimibe in Aortic Stenosis 2008 Il n'y avait pas de différence significative entre les 2 groupes d'étude de la mortalité globale. Le critère composite de décès d'origine cardiovasculaire et les composantes de ce résultat composite n'ont pas non plus montré de différence significative entre les deux groupes.
La Simvastatine et l'ézétimibe n'ont pas réduit le résultat primaire des événements combinées de la valve aortique et des événements ischémiques chez les patients présentant une sténose aortique. Un tel traitement réduit l'incidence des événements cardiovasculaires ischémiques, mais pas les événements liés à une sténose valvulaire aortique.

Les statines :

Seules deux d’entre elles (simvastatine [Zocor, Lodales] et pravastatine [Elisor, Vasten]) ont une légère efficacité démontrée, c’est-à-dire une action sur le seul critère clinique pertinent intéressant médecins et patients : la mortalité. Toutes les autres statines (atorvastatine [Tahor], fluvastatine [Fractal, Lescol] mais aussi rosuvastatine [Crestor]) n’ont qu’une action limitée à des paramètres biologiques (cholestérol) et n’ont jamais démontré une quelconque preuve d’efficacité vis-à-vis de la mortalité cardiovasculaire et toutes causes[13].
En outre, il faut savoir que les 2 statines les plus vendues (Tahor et Crestor) n’ont obtenu qu’une AMM concernant la baisse du cholestérol, et non pas sur la base d’une quelconque efficacité à réduire les maladies cardiovasculaires[14][15]

Nom de l'étude Date Ce que l'on peut en retenir...
Effect of Statin Therapy on Mortality in Older Adults Hospitalized with Coronary Artery Disease: A Propensity-Adjusted Analysis 2016 L'association entre les statines et la mortalité était similaire chez les participants âgés de 80 à 84 ans et chez les personnes âgées de 85 ans et plus.
Conclusion : Dans cette cohorte d'aînés hospitalisés avec une CAD, la thérapie par statine n'a eu aucun effet significatif sur la survie à long terme après ajustement pour les différences entre les groupes. Ces résultats, quoique préliminaires, remettent en question le bénéfice de la thérapie par statine pour la prévention secondaire dans une population réelle d'adultes âgés de 80 ans et plus et soulignent la nécessité d'une prise de décision partagée lors de la prescription de statines dans ce groupe d'âge.
Statins stimulate atherosclerosis and heart failure: pharmacological mechanisms. 2015 Cette étude publiée par des scientifiques n'ayant aucun lien d'intérêts avec les labos pharmaceutiques explique les mécanismes qui font que les statines sont inefficaces à réduire les maladies cardiovasculaires (et qu'elles les aggraveraient même dans certains cas !) et qu'elles sont aussi dangereuses pour la santé...
Contrairement à la croyance selon laquelle la réduction du cholestérol avec les statines diminue l'athérosclérose, nous présentons une perspective qui démontre que les statines peuvent être responsable de la calcification de l'artère coronaire et peuvent fonctionner comme des toxines mitochondriales qui nuisent à la fonction musculaire dans le cœur et les vaisseaux sanguins par l'épuisement de la coenzyme Q10 et 'heme A', et de ce fait la génération d'ATP. Les statines inhibent la synthèse de la vitamine K2, le co-facteur pour l'activation de la matrice Gla-protéine, ce qui protège les artères de la calcification. Les statines inhibent la biosynthèse des protéines contenant du sélénium, dont l'un est la glutathion peroxydase servant à supprimer le stress de peroxydation. Une dépréciation de la biosynthèse de la sélénoprotéine peut être un facteur dans l'insuffisance cardiaque congestive, un rappel des cardiomyopathies dilatées observés lors d'une carence en sélénium. Ainsi, l'épidémie de l'insuffisance cardiaque et l'athérosclérose qui sévit dans le monde moderne peut paradoxalement être aggravée par l'utilisation généralisée des statines. Nous proposons que les actuelles lignes directrices de traitement par statine soient réévalués.
Ainsi, nous sommes dans la position de ne pas accepter l'efficacité des statines pour prévenir les CHD, mais nous soutenons plutôt les interprétations pharmacologiques qui prouvent que les statines stimulent le développement de l'athérosclérose et l'insuffisance cardiaque. Les sources de données décrites ci-dessous nous ont conduit à proposer que le principe de thérapie actuel par statines doit être réévaluée de toute urgence.
A statin a day keeps the doctor away: comparative proverb assessment modelling study. 2013 Avec un humour très « british », cette néanmoins très sérieuse étude prouve que le vieil adage « Une pomme par jour éloigne le médecin » à au moins autant d'efficacité que les statines !
Avec des réductions similaires de la mortalité, un message de promotion de la santé vieux de 150 ans est capable d'égaler la médecine moderne et est susceptible d'avoir moins d'effets secondaires.
Statins use and coronary artery plaque composition: results from the International Multicenter CONFIRM Registry. 2012 Par rapport aux personnes qui ne prennent pas de statines, ceux prenant des statines avaient une prévalence plus élevée des facteurs de risque et CAD obstructive. Dans les analyses multivariées, l'utilisation des statines a été associée à une augmentation de la présence de MP (mixed plaques) et de CP (calcified plaque), mais pas de PCN (noncalcified plaque). En outre, dans les analyses multivariées, l'utilisation des statines était associée à nombre accru de segments coronaires comportant MP et CP, mais pas de segments coronaires avec NCP.
L'utilisation des statines est associée à une augmentation de la prévalence et de l'étendue des plaques coronariennes comportant du calcium.
Statins and All-Cause Mortality in High-Risk Primary PreventionA Meta-analysis of 11 Randomized Controlled Trials Involving 65 229 Participants 2010 Cette méta-analyse sur la base de la littérature existante n'a pas trouvé de preuves du bénéfice des statines sur la mortalité toutes causes confondues dans une prévention primaire de patients à haut-risques.
Rosuvastatin and Cardiovascular Events in Patients Undergoing Hemodialysis. 2009 Le protocole de test AURORA a évalué les effets de la rosuvastatine sur les événements cardiovasculaires de patients en phase terminale de néphropathie. Indépendamment de la baisse significative du LDL cholestérol ainsi que de la protéine C réactive (PCR), le traitement avec la rosuvastatine n'a montré aucune réduction risque combiné des événements suivants : infarctus du myocarde non mortel, AVC, ou décès d'origine cardiovasculaire.
Effect of Lipid Lowering With Rosuvastatin on Progression of Aortic Stenosis 2007 Le traitement par la rosuvastatine n'a pas été associé à une réduction de la progression de l'AS chez aucun des sous-groupes prédéfinis.
Conclusion : L' abaissement du cholestérol avec la rosuvastatine 40 mg n'a pas réduit la progression de l'AS chez les patients atteints d'AS légère à modérée; Ainsi, les statines ne devraient pas être utilisées dans le seul but de réduire la progression de l'AS.
Effect of Simvastatin (80 mg) on Coronary and Abdominal Aortic Arterial Calcium. 2007 En conclusion, le traitement avec la simvastatine n'a pas réduit la progression du CAC (Coronary artery calcification) ou AAC (Abdominal artery calcification) par rapport au placebo.
Efficacy and safety of atorvastatin in the prevention of cardiovascular end points in subjects with type 2 diabetes: the Atorvastatin Study for Prevention of Coronary Heart Disease Endpoints in non-insulin-dependent diabetes mellitus (ASPEN). 2006 Les réductions concernant les critères composites du point final ne sont pas statistiquement significatives. Ce résultat peut être lié à la conception globale de l'étude, aux types de sujets recrutés, à la nature du critère principal d'évaluation et aux changements de protocole requis en raison de la modification des lignes directrices sur le traitement. Pour ces raisons, les résultats de l'étude sur l'atorvastatine pour la prévention des effets secondaires de la coronaropathie dans le diabète sucré non insulino-dépendant (ASPEN) n'ont pas confirmé les bienfaits de la thérapie, mais ne portent pas atteinte à l'impératif que la majorité des diabétiques sont atteints Risque de maladie coronarienne et méritent le cholestérol LDL abaissant aux cibles actuellement recommandées. (NDLR : Notre étude n’a pas démontré l’efficacité d’un traitement par atorvastatine chez les diabétiques, mais ça ne fait rien, vous devez quand même en prendre...)
Effect of Intensive Versus Standard Lipid-Lowering Treatment With Atorvastatin on the Progression of Calcified Coronary Atherosclerosis Over 12 Months. 2006 Nous n'avons pas observé de relation entre les niveaux de traitement du cholestérol LDL et la progression de l'athérosclérose coronaire. Sur une période de 12 mois, la thérapie intensive de l'atorvastatine a été incapable d'atténuer la progression du CAC par rapport au traitement standard de l'atorvastatine.
Aggressive Versus Moderate Lipid-Lowering Therapy in Hypercholesterolemic Postmenopausal Women. 2005 Chez les femmes ménopausées, traitement par statine intensive pendant 1 an a provoqué une réduction de LDL supérieur à la thérapie modérée mais n'a pas abouti à une réduction de la progression de la calcification coronaire.
Treatment of statin adverse effects with supplemental Coenzyme Q10 and statin drug discontinuation. 2005 Tous les patients ont arrêté la thérapie par statines en raison d'effets secondaires et ont commencé une supplémentation en CoQ(10) à une moyenne de 240 mg / jour lors de la visite initiale. Les patients ont été suivis pendant une moyenne de 22 mois avec 84% des patients suivis depuis maintenant plus de 12 mois. La prévalence des symptômes du patient sur la visite initiale et sur le suivi plus récent a montré une diminution de la fatigue de 84% à 16%, de la myalgie de 64% à 6%, de la dyspnée de 58% à 12%, de la perte de mémoire de 8% à 4 % et de la neuropathie périphérique de 10% à 2%.
Les mesures de la fonction cardiaque ont été soit améliorées ou sont demeuré stable dans la majorité des patients. Nous concluons que les effets secondaires liés aux statines, y compris la cardiomyopathie due aux statines, sont beaucoup plus fréquents que publié antérieurement et sont réversibles avec la combinaison arrêt des statines et supplémentation en CoQ (10). Nous n'avons pas observé de conséquences négatives dues à l'arrêt des statines.
Major outcomes in moderately hypercholesterolemic, hypertensive patients randomized to pravastatin vs usual care: The Antihypertensive and Lipid-Lowering Treatment to Prevent Heart Attack Trial (ALLHAT-LLT). 2002 La Pravastatine n'a pas significativement réduit la mortalité toutes causes ou par CHD par rapport aux soins habituels chez des participants âgés avec hypertension artérielle bien contrôlée et un niveau modérément élevés de LDL-C.

Les inhibiteurs de la CETP

Aux oubliettes… Des 4 produits annoncés (Anacetrapib, Dalcetrapib, Evacetrapib,Torcetrapib) seul l’Anacetrapib restait encore en phase de test, tous les autres ayant été abandonnés soit pour inefficacité, soit pour mortalité agravée… Merk a annoncé qu’au vu des résultats peu brillants il abandonnait aussi tout développement de ce produit.

Les inhibiteurs de PCSK9

Pour l’instant, on est dans le flou. Les labos communiques sans arrêt sur les baisses phénoménales du cholestérol LDL ainsi que sur le prix du médicament mais rien sur l’efficacité de ces produits sur la réduction des maladies cardiovasculaires. Ces éléments n’ayant pas empêché la délivrance aux USA et en Europe de leur autorisation de mise sur le marché…
Dans l’attende d’une preuve des capacités de ce produit à réduire les maladies cardiovasculaires et dans un élan de lucidité, la HAS à décider de ne pas rembourser les inhibiteurs de la PCSK9[16].
En outre, le fait que Pfitzer ait annoncé l’arrêt du développement ainsi que de tous les essais cliniques en cours de son inhibiteur de la pcsk9 (bococizumab)[17] ne laisse présager rien de bon quant à l’avenir de ce produit !

Efficacité de la baisse du cholestérol LDL :

Comme on a pu le constater dans les diverses études concernant les statines, celle-ci peuvent faire baisser le taux de cholestérol de plus de 30%, voire plus si l’on y ajoute de l’ézétimibe (on dépasse alors les 50% de baisse de cholestérol LDL), voire encore plus puisqu’avec les tous récents inhibiteurs de CETP, on arrive à une baisse de 70 à 80% du cholestérol. Celui-ci étant (soi-disant) la cause des maladies cardiovasculaires, nous pouvons donc en conclure que plus on fait baisser le cholestérol, plus le taux de maladies cardiovasculaires devrait diminuer…
Sauf que plusieurs éléments viennent contrecarrer cette (trop) belle hypothèse :

  • La France (et particulièrement dans le sud-ouest) se trouve être parmi les pays où le taux de cholestérol est le plus élevé[18] or le nombre de décès par causes cardiovasculaires (et diabète) se trouve y être un des plus bas[19].
  • La (vraiment très légère…) efficacité des médicaments hypocholestérolémiants est totalement indépendante du niveau de baisse du cholestérol. Or si l’on suit le raisonnement ci-dessus, plus la baisse du cholestérol est forte, plus les maladies cardiovasculaires devraient baisser. Ce qui n’est aucunement le cas !
  • Des médicaments tels que l’ézétimibe, les fibrates, la niacine ou les résines font fortement le cholestérol, mais sont strictement inefficaces contre les maladies cardiovasculaires.
  • Et d’autres hypocholestérolémiants sont extrêmement mortels, tel le clofibrate qui augmentait les décès de 47%, ou encore les inhibiteurs de CETP qui, tel le Torcetrapib, fait baisser le cholestérol de 71% mais augmente les décès de 60% (ILLUMINATE) ou encore l’Anacetrapib, crédité d’une baisse de 80% du cholestérol mais d’une hausse de 300% des décès par cause cardiovasculaires et de 37,5% des décès toutes causes (DEFINE) !
  • Ce qui est important, c’est le taux de « bon cholestérol ». Augmentons donc artificiellement son taux, se sont dit les labos. Sauf que jusqu’à présent les diverses études ont révélé que ce type de médicament était au mieux inefficace (DAL-OUTCOMES et RADIANCE), au pire augmentait de manière spectaculaire le nombre des décès (ILLUMINATE, DEFINE et ILLUSTRATE)…

Efficacité des médicaments hypocholestérolémiants sur les maladies cardiovasculaires :

Ce serait mentir de dire que les statines et assimilés sont inefficaces, mais leur efficacité est tellement minime et leurs effets secondaires (toujours largement sous-estimés par les labos) tellement importants que l’on peut considérer ces produits comme étant dangereux pour la santé !
J’ai repris dans un tableur les résultats des essais cliniques (Hypocholestérolémiants versus Placebo) et dont j’ai pu extraire les résultats concernant les décès par maladie cardiovasculaire ainsi que les décès toutes causes. J’ai effectué les différents totaux pour chaque groupe, puis j’en ai extrait les pourcentages absolus et relatifs et le nombre de personnes à traiter. Bon, je reconnais que la méthode purement mathématique est un peu… primaire et bestiale mais, d’une part ça donne quand même un aperçu de l'(in)efficacité des médicaments hypocholestérolémiants, d’autre part ce n’est pas plus primaire et bestial que de prescrire à tour de bras des statines à une majorité de personnes qui n’en ont de toute façon pas besoin…
Les chiffres sont obtenus d’après les résultats des essais cliniques fournis par les labos. Résultats qui, hélas, ont tendances à être de plus en plus critiqués pour leur manque d’objectivité par rapport à la réalité et donc forcément sujets à caution…
Le résultat de ces calculs est compilé dans le fichier PDF : cr_tests.pdf. Vous y trouverez les résultats de tous les essais cliniques connus (enfin tous ceux dont j’ai trouvé une trace !)
Je reconnais que ce tableau appelle plusieurs réflexions :

  • Comme je l’ai dit plus haut, la méthode de calcul est quelque peu… primaire et bestiale car elle ne tient pas compte des différentes pathologies, des différentes doses, etc. Mais comme dis plus haut, ce n’est pas plus bestial que d’imposer ces produits à des milliers de patients qui n’en ont pas même pas besoin…
  • J’ai calculé l’efficacité annuelle, celle-ci étant beaucoup plus représentative de l’efficacité d’un traitement car indépendante de la durée de celui-ci (10 décès sur 1 an n’ont pas la même signification que le même nombre sur 10 ans, à quantité de patients égaux).
  • J’ai quand même un doute, lorsque l’on voit ci-dessous l’efficacité du clofibrate alors que celui-ci à été retiré du marché après 5 ans suite à une augmentation de 47% de la mortalité[20]. Comme ces chiffres du tableau sont extraits des données fournies par les labos dans les comptes-rendus des essais cliniques officiels, ceci confirme clairement que certains résultats de ces essais sont… truqués ou fortement biaisés[21]
  • On peut voir que malgré les tentatives des labos pour présenter des résultats favorables, l’ézétimibe à une efficacité négative pour ce qui est des maladies toutes causes (autrement dit, vous aurez au final plus de risque de décéder en prenant de l’ézétimibe), quant au mélange Inhibiteur de CETP + statine, on peut considérer ceci comme un poison puisque qu’il augmente les risques de décès dans tous les cas.
  • Lorsque l’efficacité du produit est négative, j’ai mis « n/a » car je n’allais quand même pas faire figurer le nombre de personnes à ne pas traiter pour éviter 1 décès… Si toutefois ces chiffres vous intéressent, vous les trouverez dans le fichier cr_tests.pdf.

Ceci dit, on y va… :

Efficacité annuelle des différents médicaments hypocholestérolémiant (à jour au 02/02/2015)
Décès d’origine cardiovasculaires Décès toutes causes
% d’efficacité absolue annuel NNTA * % d’efficacité absolue annuel NNTA *
Toutes statines confondues / Placebo 0,2354% 425 0,1388% 721
Ézétimibe + statine / Placebo 0,0357% 2800 -0,1177% n/a
Fibrates / Placebo 0,4318% 232 0,3269% 306
Clofibrates / Placebo 0,9898% 101 0,7192% 139
Niacine + autre / Placebo 0,4026% 248 0,4239% 236
Niacine / Placebo 0,2066% 484 0,2175% 460
Inhibiteur CETP + Atorvastatine / Atorvastatine -0,0383% n/a -0,2224% n/a
Inhibiteur CETP / Placebo 0,0227% 4402 0,0006% 164763
Inhibiteur PCSK9 / Placebo Essais en cours ** n/a Essais en cours ** n/a
* : NNTA = nombre de personnes à traiter annuellement pour éviter 1 événement
** : Les labos et la presse médicale (et financière…) se congratulent tous sur la baisse d’environ 70% du cholestérol LDL alors qu’aucune efficacité sur les maladies cardiovasculaires n’est actuellement démontrée !

Pour « primaire et bestial » que soit ce tableau, il me semble plutôt représentatif de l’ensemble des essais cliniques testés.
Pour ce qui des statines nous avons les résultats suivants :

  • Les statines ont efficacité annuelle de 0,2354% pour ce qui est des maladies cardiovasculaires et 0,1388% pour ce qui est des décès toutes causes. Ce qui revient à dire qu’il est donc nécessaire de traiter annuellement 425 personnes pour éviter 1 décès par cause cardiovasculaire et 721 personnes pour éviter 1 décès toutes causes !
  • Donc, pour ce qui est des maladies cardiovasculaires, ce sont 424 personnes (soit 99,7646% des patients) qui seront traitées inutilement, et 720 personnes (soit 99,8612% des patients) pour ce qui est des décès toutes causes !
  • Il faut aussi signaler que sur ces 425 patients sous statine, 23 (5,44%) décéderont quand même de maladie cardiovasculaire et 30 sur 721 (4,18%) pour ce qui est des décès toutes causes. Ce malgré la prise du traitement…

Quant aux autres produits je vous laisse juger de leur efficacité. L’ézétimibe tue plus au final (on meurt moins de maladies cardiovasculaires mais plus sur l’ensemble des causes) ainsi que les inhibiteurs de CETP qui, associés à une statine tuent plus dans tous les cas et utilisés seuls oblige à traiter… 164763 personnes pour éviter 1 décès toutes causes, et donc traiter inutilement 164762 patients…
J’ai de gros doutes sur l’efficacité du Clofibrate (voir commentaire sur sa mortalité plus haut). De plus, après avoir lu le livre de John Virapen « MÉDICAMENTS Effets secondaires : la mort » dans lequel il y explique (entre autre…) comment les essais cliniques sont biaisés, voire carrément truqués afin d’obtenir malgré-tout les autorisations de mise sur le marché[22], je pense que ces résultats doivent être largement optimistes !

En conclusion :

Pour ce qui est des statines, ce produit étant le plus prescrit : que penser d’un médicament dont l’efficacité moyenne annuelle est de 0,1388%, que penser d’un médicament dont une autre méthode de calcul[23] reconnaît qu’en prévention primaire, le délai moyen jusqu’au décès gagné par le traitement pour un patient variait entre -5 et +19 jours et entre -10 et +27 jours en prévention secondaire. Oui, vous avez bien lu : de 10 jours de perdu à 27 jours de gagné en espérance de vie grâce aux statines !
Que dire lorsque 99,8612% des patients sont traités aux statines inutilement alors qu’elles ne leur sont d’aucune utilité mais qui, pour beaucoup d’entre eux, en subiront les effets secondaires !
Que dire aussi de tous ceux dont la vie est un cauchemar à cause des effets secondaires vérifiés (douleurs musculaires, fatigue récurrente, dépression, etc.), sans compter les évolutions (elles aussi vérifiées…) vers des diabètes de type 2, cancers du sein pour les femmes, affections oculaires !
Oui, mais… et cette vie sauvée grâce aux statines ? Je répondrais que modifier son hygiène de vie (exercice physique, arrêt du tabac, régime crétois…) est beaucoup plus efficace (plus de 10 fois…), le tout sans strictement aucun effets secondaires et avec même des effets positifs sur d’autres maladies.
Il est d’ailleurs étonnant de constater que si l’on se réfère à la notice accompagnant tout traitement hypocholestérolémiant, il y est précisé : Avant de débuter le traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant adapté qu’il devra continuer pendant toute la durée du traitement.. On devrait donc normalement conseiller diététiquement les patients et en assurer un suivi sérieux avant de prescrire des statines. Sauf que ceci ne remplirait pas les poches des labos !
Un dernier point concernant plus particulièrement la gent féminine : Les essais cliniques concernant les médicaments hypocholestérolémiants sont quasiment tous effectués sur des patients de sexe masculin avec extrapolation des résultats sur la population féminine, or aucune étude n’a pu fournir de preuves statistiquement significatives qui montreraient un effet protecteur des statines prises par les femmes contre les maladies cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux et ce même chez des femmes ayant des multiples facteurs de risque cardiovasculaires. Bien au contraire, un taux de cholestérol bas après 60 ans étant associée à une incidence plus élevée de mortalité attribuable au cancer, au diabète, à une maladie du foie ou à une maladie mentale[24]

Chacun est libre de ses choix

De toute façon, j’ai remarqué depuis longtemps que les meilleurs commerciaux pour assurer la promotion des statines sont… les patients eux-mêmes !
Combien de fois n’ai-je pas entendu les réflexions suivantes :

  • Moi je n’ai pas de problème avec les statines : pour l’instant oui, mais sur le long terme (diabète, cancer du sein chez la femme) ? Pas de fatigue récurrente ? Pas de douleurs à l’effort dès que vous forcez un tant soit peu et que vous mettez sur le compte de votre sédentarité ?
  • Oui mais si je ne prends pas de statines, mon médecin (cardiologue) m’a dit que j’allais mourir : non, sans rire, avec 0,1388% d’efficacité annuelle, vous croyez vraiment que les statines vont vraiment vous empêcher de mourir ? Ceci dit, quelque part il a raison : on va tous mourir un jour…
  • Oui mais mon taux de cholestérol n’est pas bon : d’une part les normes du taux de cholestérol sont dictées par les labos (voir en page Le cholestérol) afin de pouvoir vendre plus facilement leurs produits, d’autre part le cholestérol n’étant pas la cause des maladies cardiovasculaires mais uniquement un facteur parmi d’autres, rien ne sert de se focaliser sur ces chiffres. Et ce d’autant que l’on vit plus vieux avec un cholestérol plutôt élevé (voir aussi en page 1001 raisons de ne pas faire baisser son cholestérol à l’aide de médicaments)…
  • J’ai une confiance aveugle en mon cardiologue : je vous renvoi à la page sur Les conflits d’intérêts, vous comprendrez un peu mieux l’aveuglement de certains praticiens…
  • De toute façon, je ne veux rien changer à mon hygiène de vie donc je préfère prendre des statines : C’est tout à fait votre choix et là, je reconnais que je ne peux rien pour vous !

Vous avez toutes les cartes en main

Mais si vous trouvez que modifier votre hygiène de vie est au-dessus de vos forces, ce site n’est pas fait pour vous !
Demandez plutôt à votre médecin de vous prescrire des statines, vous contribuerez ainsi à améliorer les bénéfices des labos ainsi que de leurs actionnaires d’abord grâce aux statines, ensuite à cause de leurs effets secondaires…


  1. Haute Autorité de Santé : GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Maladie coronarienne stable (page 31)
  2. FDA : Withdrawal of Approval of Indications Related to the Coadministration With Statins in Applications for Niacin Extended-Release Tablets and Fenofibric Acid Delayed-Release Capsules
  3. Reuter : Merck says U.S. FDA reject its claim that Zetia and Vytorin cut heart risk
  4. Prescrire : Statines : se poser des questions en termes de morts et d’accidents cardiovasculaires évités, et pas seulement en termes de taux de cholestérol
  5. Cochrane : Fibrates for patients without established cardiovascular disease
  6. Cochrane : Fibrates for secondary prevention of cardiovascular disease and stroke
  7. BIP31 : Les Médicaments de BIP31.fr à éviter – Le Guide du Médecin « Dé-prescripteur »
  8. l’Assurance maladie : Accord préalable et hypocholestérolémiants
  9. Merck : VYTORIN (ezetimibe/simvastatin) Significantly Reduced Cardiovascular Events More than Simvastatin Alone in Patients Presenting with Acute Coronary Syndromes in the Investigational IMPROVE-IT Study
  10. HAS : Opinions on drugs – EZETROL
  11. HAS : Opinions on drugs – INEGY
  12. HAS : LIPTRUZET (ezetimibe/atorvastatin), fixed combination of cholesterol-lowering drugs
  13. BIP31 : La « Guerre des statines » Quelle statine prescrire ?
  14. HAS : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 novembre 2012
  15. HAS : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 avril 2009
  16. HAS : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 avril 2016
  17. PFITZER : Pfizer Discontinues Global Development of Bococizumab, Its Investigational PCSK9 Inhibitor
  18. Global Health Observatory Data Repository : Prevalence of raised blood cholesterol, age 25+, age standardized : both sexes
  19. Global Health Observatory Data Repository : Main statistical findings : Deaths from cardiovascular diseases
  20. The Lancet : WHO COOPERATIVE TRIAL ON PRIMARY PREVENTION OF ISCHAEMIC HEART DISEASE WITH CLOFIBRATE TO LOWER SERUM CHOLESTEROL: FINAL MORTALITY FOLLOW-UP
  21. Pr Philippe EVEN, “La vérité sur le cholestérol”, Cherche Midi, 2013 – pages 34 à 39 et tout le chapitre 7 « Evaluation des statines – Falsification des résultats » (pages 177 à 210)
  22. John Virapen, “Médicaments effets secondaires : la mort”, Cherche Midi, 2013 – Chapitres sur les scandales du Bénoxaprofène, du Vioxx et du Prozac
  23. BMJ Open : The effect of statins on average survival in randomised trials, an analysis of end point postponement
  24. Action pour la protection de la santé des femmes : Prudence oblige : l’emploi de statines chez les femmes

Dernière modification : 2017-11-21