Cholestérol, le grand bluff

Pour ceux qui ne l’ont pas vu (ou ceux qui souhaite le revoir), le documentaire d’Anne Georget « Cholestérol, le grand bluff » est rediffusé sur Arté mardi 28 novembre 2017 à 20h30.

Un documentaire qui, lors de sa précédente diffusion, avait fortement déplu à tous les grands adorateurs inconditionnels des statines…

 

FA et cholestérol : plus qu’une histoire de cœur…

La FA (Fibrillation Atriale) est est un trouble du rythme cardiaque (ou « arythmie ») responsable de battements de cœur très rapides et irréguliers. Elle concerne 1 % de la population générale, mais plus de 10 % des personnes de plus de 80 ans.

Des scientifiques ont cherché quels pouvaient être les éléments favorisant l’apparition cette maladie (sexe, âge, IMC, etc.). Ils ont découvert notamment que les personnes avec une fibrillation atriale ont un risque de décéder 3,5 fois supérieur à ceux exempt de FA, quel que soit le sexe; qu’un IMC élevé est un facteur principal d’apparition de cette maladie mais que surtout « la réduction du risque de FA associée aux taux élevés de cholestérol total est plus importante chez les femmes que chez les hommes ».

Eh oui, ce qui veut clairement dire qu’un taux de cholestérol total élevé réduit les risques de FA, certes plus fortement chez les femmes (RR=0,86) que chez les hommes (RR=0,92).

Il y a encore quelques années, le cholestérol était le mal absolu à éradiquer complètement (c’est hélas encore vrai…) mais cette position devient de plus en plus controversée de moins en moins justifiable.

Le vent tourne…

Les inhibiteurs de la CETP sont définitivement morts et enterrés

Le laboratoire Merk, dernier labo à tester les inhibiteurs de la CETP après que les 3 autres labos (Hoffman-Laroche, Eli-Lilly et Pfitzer) aient jeté l’éponge, vient d’annoncer dans un communiqué qu’il renonce à demander une AMM pour cette molécule, celle-ci n’ayant pas brillé par son efficacité lors de l’essai clinique REVEAL (« Malheureusement, après une évaluation exhaustive, nous avons conclu que le profil clinique de l’anacetrapib ne permet pas de soumettre les déclarations réglementaires. »).
Il est vrai que malgré les annonces de Merk qui laissait entendre que les résultats  qui seraient présentés lors de l’ « European Society of Cardiology (ESC) 2017 Congress » dépasseraient toutes les espérances, l’Anacetrapib n’a été crédité que d’un très modeste 9% du risque relatif d’un critère primaire composite (décès d’origine coronarienne, infarctus ou revascularisation). Ce qui ramené en % absolus est à peine significatif et avait plutôt déçu…
Plutôt étonnant de la part d’un médicament qui non seulement faisait baisser fortement le cholestérol LDL, mais augmentait aussi le cholestérol HDL…

D’après Mme Buzin, nous sommes tous des complotistes…

Suite à une intervention de Mme Buzin sur l’émission du vendredi 15 septembre sur France-Inter (Interactiv’) dans laquelle cette dernière mettait en cause (sur la base d’accusation mensongère) le Pr Even, le site de l’AIMSIB a fait paraître un droit de réponse de la part du Pr Even. N’ayant pas eu connaissance de cette intervention, j’ai donc écouté le replay de cette émission. Effectivement, à partir le 3’42’’, un auditeur (cardiologue) posait la question de savoir ce que la ministre allait faire afin de redorer le blason des statines et autre médicaments anti-cholestérol mis à mal par (en autre…) les écrits de Philippe Even. Je ne m’étendrai pas sur ces accusations ni sur cette lettre, celle-ci étant consultable sur le site de l’AIMSIB, pour évoquer la suite de la diatribe de notre ministre des Solidarités et de la Santé.

Mme Buzin a donc évoqué successivement  :

  • « une mission d’information autour des médicaments » : Concernant la théorie du cholestérol qui tue, allons nous donc encore avoir droit à une campagne de publicité financée par un grand labo pharmaceutique fabriquant, bien évidemment, des statines ?
  • Elle a aussi prononcé le mot « complot » : Bien sûr, ceux qui s’élèvent contre les médicaments hypocholestérolémiant ne peuvent être que des complotistes ? Et les personnes ci-dessous, toutes des complotistes elles-aussi :
    • Irène Frachon, complotiste pour avoir dénoncé le scandale du médiator
    • Pierre Meneton pour avoir dénoncé la désinformation par les lobbies agroalimentaires, notamment l’industrie du sel, après des professionnels de la santé et de l’alimentation
    • Jean-Jacques Mélet qui a révélé la toxicité des amalgames dentaires
    • Anne-Marie Casteret qui a révélé l’affaire du sang contaminé
    • Ceux qui ont dénoncé les malversations de l’industrie du sucre pour avoir, pendant plus de 50 ans, subventionné de fausses études démontrant la nocivité des graisses saturées tout en dédouanant le sucre de son rôle néfaste
    • Et bien d’autres encore…

Bref, tous ces gens ont été traités comme des complotistes, certains ont même été traîné en justice, d’autres ont perdus leur emploi, jusqu’à ce qu’enfin le scandale éclate au grand jour ! Complotistes aussi tous les scientifiques produisant des études (non financées par les industries pharmaceutiques) qui dénonce la théorie du cholestérol et qui prouvent qu’en vieillissant, on vit mieux et en meilleure santé avec un taux de cholestérol élevé. Complotistes aussi les sites NEJM, BMJ, NCBI (liste non exhaustive…) pour héberger les écrits de ces mêmes professeurs (en même temps que ceux des labos pharmaceutiques, d’ailleurs…).

  • Vous avez prononcé les mots suivants : « Fervente défenseur de la démocratie sanitaire » et « débats citoyen ». Permettez-moi d’en douter, Mme Buzin. Et plus que fortement. Lorsque l’on a pu constater le peu de cas que vous avez fait de la concertation citoyenne sur la vaccination, le manque de transparence et l’autoritarisme de votre décision, je le dis et le redis : permettez-moi d’en douter. Et je ne suis pas, loin de là,  le seul à le penser…

Mme Buzin, tout ministre que vous êtes, ouvrez les yeux. La défiance des Français vis-à-vis des médicaments va grandissante, de plus en plus de personnes se rendent compte de la main-mise des laboratoires pharmaceutiques et des industries agroalimentaires sur les décisions de santé et ce n’est pas votre comportement qui va changer les choses. Il n’y a qu’à lire les deux récents articles parus sur Basta! (« Ces médicaments qui coûtent des milliards à l’assurance-maladie et menacent notre système de santé » et « Comment les labos amassent des fortunes grâce à des médicaments au prix exorbitant ») pour comprendre qu’aucune amorce d’une quelconque amélioration est en vue. Les labos vont continuer à rémunérer des grands professeurs, transformant ceux-ci en leurs porte-parole ou en leurs commerciaux, les instances gouvernementales de santé vont continuer à suivre les recommandations de ces mêmes professeurs et par-là même celles des labos.

Oui, je suis en colère.

Oui, tout ceci m’écœure au plus haut point et ce n’est certainement pas votre langue de bois, vos contrevérités et vos mensonges éhontés qui vont y changer quoi que ce soit.

Encore une remise en cause des dogmes acquis…

Un article parus dans BMJ fait le point sur les causes des maladies cardiovasculaires et tord le cou à de nombreuses certitudes assénées par les labos pharmaceutiques ainsi que par le corps médical :

  • Le mythe des graisses saturées qui provoque les maladies cardiovasculaires est totalement faux, celles-ci seraient même favorables pour éviter ces dernières, au contraire des régimes pauvres en graisses et des régimes riches en hydrates de carbones.
  •  Le régime méditerranéen est beaucoup plus efficace à réduire les maladies cardiovasculaires que n’importe quel médicament hypocholestérolémiant.
  • Le risque du cholestérol LDL qui tue a été largement surévalué et à été conduit par les entreprises commercialisant des aliments « faibles en gras » et des médicaments « éprouvés pour réduire le cholestérol » .
  • Chez les plus de 60 ans, une révision systématique récente a conclu que le cholestérol LDL n’est pas associé aux maladies cardiovasculaires et est inversement associé à la mortalité toutes causes.
  • La non-sédentarité et le la réduction du stress sont des éléments extrêmement importants.

En conclusion, je terminerai par la citation de ces 2 phrases:

Il est temps de déplacer le message de santé publique dans la prévention et le traitement de la maladie coronarienne et de cesser de mesurer les lipides sériques et de réduire les graisses saturées alimentaires.

Il n’y a pas de modèle d’entreprise ou de marché pour aider à diffuser cette intervention simple mais puissante

Eh oui, que du bon sens… mais c’est tout un pan de l’économie qui va s’effondrer pour les entreprises pharmaceutiques et agroalimentaires qui font (très) largement leur beurre sur ces éléments…