Une consommation légère à modérée d’alcool est excellente pour la santé

Une étude prospective a étudié les effets de la consommation d’alcool chez les adultes aux États-Unis afin d’évaluer l’association de différents niveaux de consommation avec les maladies cardiovasculaires, le cancer, l’accident vasculaire cérébral (AVC) et la mortalité toutes causes confondues.

Sans surprise (d’autres études l’ayant déjà démontré), celle-ci a confirmé l’existence d’une courbe en « J » pour une consommation d’alcool inexistante à une consommation importante, ce qui confirme qu’une consommation légère (<3 verres / semaine) à modérée d’alcool (> 3 verres / semaine à ≤14 verres / semaine pour les hommes ou> 3 verres / semaine à ≤7 verres / semaine pour femmes) semblerait protéger surtout pour les maladies cardiovasculaires, mais aussi pour les décès toutes causes, les AVC et les cancers.

Par contre, une consommation élevée d’alcool serait défavorable pour les décès toutes causes, les cancers et les AVC mais pas pour les maladies cardiovasculaires.

JACC : Relationship of Alcohol Consumption to All-Cause, Cardiovascular, and Cancer-Related Mortality in U.S. Adults

JACC : Alcohol and Health Praise of the J Curves

Les inhibiteurs de la CETP sont définitivement morts et enterrés

Le laboratoire Merk, dernier labo à tester les inhibiteurs de la CETP après que les 3 autres labos (Hoffman-Laroche, Eli-Lilly et Pfitzer) aient jeté l’éponge, vient d’annoncer dans un communiqué qu’il renonce à demander une AMM pour cette molécule, celle-ci n’ayant pas brillé par son efficacité lors de l’essai clinique REVEAL (« Malheureusement, après une évaluation exhaustive, nous avons conclu que le profil clinique de l’anacetrapib ne permet pas de soumettre les déclarations réglementaires. »).
Il est vrai que malgré les annonces de Merk qui laissait entendre que les résultats  qui seraient présentés lors de l’ « European Society of Cardiology (ESC) 2017 Congress » dépasseraient toutes les espérances, l’Anacetrapib n’a été crédité que d’un très modeste 9% du risque relatif d’un critère primaire composite (décès d’origine coronarienne, infarctus ou revascularisation). Ce qui ramené en % absolus est à peine significatif et avait plutôt déçu…
Plutôt étonnant de la part d’un médicament qui non seulement faisait baisser fortement le cholestérol LDL, mais augmentait aussi le cholestérol HDL…

Merk : Merck Provides Update on Anacetrapib Development Program

L’étude REVEAL : Effects of Anacetrapib in Patients with Atherosclerotic Vascular Disease

D’après Mme Buzin, nous sommes tous des complotistes…

Suite à une intervention de Mme Buzin sur l’émission du vendredi 15 septembre sur France-Inter (Interactiv’) dans laquelle cette dernière mettait en cause (sur la base d’accusation mensongère) le Pr Even, le site de l’AIMSIB a fait paraître un droit de réponse de la part du Pr Even. N’ayant pas eu connaissance de cette intervention, j’ai donc écouté le replay de cette émission. Effectivement, à partir le 3’42’’, un auditeur (cardiologue) posait la question de savoir ce que la ministre allait faire afin de redorer le blason des statines et autre médicaments anti-cholestérol mis à mal par (en autre…) les écrits de Philippe Even. Je ne m’étendrai pas sur ces accusations ni sur cette lettre, celle-ci étant consultable sur le site de l’AIMSIB, pour évoquer la suite de la diatribe de notre ministre des Solidarités et de la Santé.

Mme Buzin a donc évoqué successivement  :

  • « une mission d’information autour des médicaments » : Concernant la théorie du cholestérol qui tue, allons nous donc encore avoir droit à une campagne de publicité financée par un grand labo pharmaceutique fabriquant, bien évidemment, des statines ?
  • Elle a aussi prononcé le mot « complot » : Bien sûr, ceux qui s’élèvent contre les médicaments hypocholestérolémiant ne peuvent être que des complotistes ? Et les personnes ci-dessous, toutes des complotistes elles-aussi :
    • Irène Frachon, complotiste pour avoir dénoncé le scandale du médiator
    • Pierre Meneton pour avoir dénoncé la désinformation par les lobbies agroalimentaires, notamment l’industrie du sel, après des professionnels de la santé et de l’alimentation
    • Jean-Jacques Mélet qui a révélé la toxicité des amalgames dentaires
    • Anne-Marie Casteret qui a révélé l’affaire du sang contaminé
    • Ceux qui ont dénoncé les malversations de l’industrie du sucre pour avoir, pendant plus de 50 ans, subventionné de fausses études démontrant la nocivité des graisses saturées tout en dédouanant le sucre de son rôle néfaste
    • Et bien d’autres encore…

Bref, tous ces gens ont été traités comme des complotistes, certains ont même été traîné en justice, d’autres ont perdus leur emploi, jusqu’à ce qu’enfin le scandale éclate au grand jour ! Complotistes aussi tous les scientifiques produisant des études (non financées par les industries pharmaceutiques) qui dénonce la théorie du cholestérol et qui prouvent qu’en vieillissant, on vit mieux et en meilleure santé avec un taux de cholestérol élevé. Complotistes aussi les sites NEJM, BMJ, NCBI (liste non exhaustive…) pour héberger les écrits de ces mêmes professeurs (en même temps que ceux des labos pharmaceutiques, d’ailleurs…).

  • Vous avez prononcé les mots suivants : « Fervente défenseur de la démocratie sanitaire » et « débats citoyen ». Permettez-moi d’en douter, Mme Buzin. Et plus que fortement. Lorsque l’on a pu constater le peu de cas que vous avez fait de la concertation citoyenne sur la vaccination, le manque de transparence et l’autoritarisme de votre décision, je le dis et le redis : permettez-moi d’en douter. Et je ne suis pas, loin de là,  le seul à le penser…

Mme Buzin, tout ministre que vous êtes, ouvrez les yeux. La défiance des Français vis-à-vis des médicaments va grandissante, de plus en plus de personnes se rendent compte de la main-mise des laboratoires pharmaceutiques et des industries agroalimentaires sur les décisions de santé et ce n’est pas votre comportement qui va changer les choses. Il n’y a qu’à lire les deux récents articles parus sur Basta! (« Ces médicaments qui coûtent des milliards à l’assurance-maladie et menacent notre système de santé » et « Comment les labos amassent des fortunes grâce à des médicaments au prix exorbitant ») pour comprendre qu’aucune amorce d’une quelconque amélioration est en vue. Les labos vont continuer à rémunérer des grands professeurs, transformant ceux-ci en leurs porte-parole ou en leurs commerciaux, les instances gouvernementales de santé vont continuer à suivre les recommandations de ces mêmes professeurs et par-là même celles des labos.

Oui, je suis en colère.

Oui, tout ceci m’écœure au plus haut point et ce n’est certainement pas votre langue de bois, vos contrevérités et vos mensonges éhontés qui vont y changer quoi que ce soit.

Interactiv’ du 15/09 sur France Inter : Agnes Buzin

La lettre du Pr Even sur le site de l’AIMSIB : Droit de réponse du Pr Even

La campagne de pub contre le cholestérol financée par Pfitzer : Dire qu’un simple dosage de son cholestérol…

Basta! : Ces médicaments qui coûtent des milliards à l’assurance-maladie et menacent notre système de santé

Basta! : Comment les labos amassent des fortunes grâce à des médicaments au prix exorbitant

 

La grippe fait 14000 morts en France chaque année. Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’aluminium ???

Comme tous les ans, je reçois mon bon de vaccination contre la grippe. Et comme tous les ans, il finit déchiré dans la poubelle, suivant en cela le conseil de mon père qui clamait haut et fort que la seule fois où il a attrapé la grippe fut la seule année où il s’était fait vacciner.

Depuis quelque temps, je prépare un article sur le sujet, à savoir quel est réellement l’efficacité du vaccin contre la grippe. j’avance à petits pas car le sujet est ardu et complexe mais je peux dors et déjà vous assurer d’une chose : l’efficacité du vaccin antigrippal est largement surestimé, j’irais même jusqu’à dire que personne ne peut réellement certifier s’il possède une quelconque efficacité ou non… Attention, je parle des résultats des essais cliniques et enquêtes approfondies, et non pas des campagnes de communication des labos relayées par les gouvernements…

Bref, en parlant de campagnes de communication, les médias nous rabâchent à longueur de journée les bienfaits de la vaccination contre la grippe, arguant que cette dernière est responsable de 14 000 chaque année (j’ai même entendu le chiffre de 18 000 sur une radio nationale…).

Comme j’ai toujours beaucoup de mal avec les chiffres qui sortent du chapeau (ou d’ailleurs…), je vais faire référence à deux articles très bien documentés qui font le point sur la mortalité due à la grippe saisonnière. Il s’avère que celle-ci serait plus proche des 300 (Et encore, certaines année c’est beaucoup moins…). Je tiens à préciser que j’ai aussi analysé d’autres sources qui donnent globalement les mêmes chiffres. Donc on peut légitimement se poser la question : où sont donc passé les 13 700 morts supplémentaires ?

Encore une estimation au doigt mouillé…

Je terminerai par ce texte de la fondation Cochrane qui, après analyse des différentes études sur l’efficacité du vaccin antigrippal, conclue :

Les preuves disponibles sont de mauvaise qualité et ne donnent aucune indication quant à l’innocuité, l’efficacité potentielle et réelle des vaccins antigrippaux pour les personnes de 65 ans et plus. Pour mettre fin à l’incertitude, un essai contre placebo randomisé, suffisamment puissant et financé par des fonds publics, réalisé sur plusieurs saisons devrait être entrepris.

Chroniques d’un jeune médecin quinquagénaire : Pourquoi les chiffres de mortalité grippale sont incompréhensibles

ATOUTE.org : Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police

Cochrane : Vaccins pour la prévention de la grippe saisonnière et ses complications chez les personnes de 65 ans et plus

 

 

 

10 médicaments coûtent plus de 3 milliard à la sécu et comment les labos gonflent les prix des nouveau médicaments

L’excellent magazine indépendant Basta!  vient de sortir une enquête en 2 volets intitulés respectivement « Ces médicaments qui coûtent des milliards à l’assurance-maladie et menacent notre système de santé » et « Comment les labos amassent des fortunes grâce à des médicaments au prix exorbitant ».

Comme d’habitude, les articles sont sérieux et très bien documentés. On y apprend notamment que le Crestor, bien qu’en 9ᵉ position, coûte quand même la bagatelle d’un peu plus de 240 millions d’euros par an à la Sécu. Pas mal pour un médicament qui ne sert pas à grand-chose (enfin si, à enrichir les labos et leurs actionnaires…) et que les traitements anticancéreux occupent largement la première place. Ces derniers faisant largement l’objet d’une surenchère de la part des labos pour une efficacité bien souvent contestable…

Pour en revenir au Crestor, celui-ci fait l’objet d’un paragraphe qui confirme que le Crestor, bien que coûtant 4 fois plus cher que les autres statines, reste le médicament hypocholestérolémiant le plus prescrit malgré une efficacité même pas supérieure aux autres produits et au final une efficacité générale vis-à-vis des maladies cardiovasculaires plus que contestable.

Le deuxième volet s’attarde sur les nombreuses pratiques des labos pour vendre leurs nouveaux médicaments de plus en plus cher malgré une efficacité bien souvent plus que douteuse. Y sont aussi invoqué les nombreux conflits d’intérêts des instances gouvernementales de santé qui pourrissent le système. Le prix d’un médicament n’est plus vendu en fonction de son efficacité et de son avancé pour le bienfait de l’humanité, mais uniquement en fonction du montant maximum que le labo peut en espérer.

Une enquête que je vous conseille fortement de lire.

Et puis profitez-en pour soutenir Basta!. Ce dernier un magazine totalement indépendant qui ne vit que grâce aux dons de ses lecteurs. Ses enquêtes sont fouillées et parfois percutantes (ils ont d’ailleurs été attaqués en justice par Bolloré pour avoir dénoncé la main mise de ce dernier sur la plupart des ports en Afrique, la justice à conclu à un vrai travail journalistique de qualité et a débouté Bolloré…).

Bastamag! : Ces médicaments qui coûtent des milliards à l’assurance-maladie et menacent notre système de santé

Bastamag! : Comment les labos amassent des fortunes grâce à des médicaments au prix exorbitant