La fondation Bill & Melinda Gates, le summum de l’hypocrisie (2) ?

Le monde est si corrompu que l’argent y tient lieu de tout, de noblesse, d’esprit, de qualité et même de vertu (proverbe oriental)

Depuis tout à l’heure, on parle beaucoup d’investissements de la part de cette fameuse « Cascade Investment LLC » qui gère, je me permets de le rappeler, non seulement la fortune personnelle de Bill Gates mais aussi les avoirs de la fondation Bill & Melinda Gates.

Bill Gates concède tout juste ne pas souhaiter investir dans l’industrie du tabac mais pour le reste, comme il le reconnaît lui-même : « A part cela, le travail du fonds d’investissement est de maximiser les revenus de la fondation »1. Avec 11 % de rendement annuel, on peut considérer que cette société d’investissement remplit parfaitement son contrat (pour comparer, je rappelle que le rendement actuel du livret A est actuellement de 0,75 %…).

Initialement, je me suis basé sur les travaux de Charles Piller, journaliste au « Los Angeles Times » et qui a mené en 2007 une enquête minutieuse sur les investissements de la fondation Bill & Melinda Gates2. Celle-ci démontrait que la fondation Bill & Melinda Gates détenait des participations dans de nombreuses entreprises faisant peu de cas du respect de l’environnement, des populations locales et des droits des travailleurs, sans oublier les pratiques contraires à l’éthique, les collusions avec des régimes dictatoriaux, etc.

Par exemple, La fondation Gates avait investi à l’époque 218 millions de dollars dans la vaccination contre la poliomyélite et la rougeole dans le monde entier, y compris dans le delta du Niger. Ce même delta où la fondation Gates avait investie en parallèle 423 millions de dollars dans les entreprises Eni, Royal Dutch Shell , Exxon Mobil Corp., Chevron Corp. et Total, toutes responsables d’un des plus gros désastres écologique, l’espérance de vie au Niger ne dépassant pas les 43 ans à cause des pollutions massives diverses3 N’occultons pas non plus les investissements dans l’industrie de l’armement (Mc Donnel Douglas).

Suite à ce reportage, la fondation a annoncé une revue de ses investissements pour évaluer la responsabilité sociale. Initiative qu’elle s’est empressée d’annuler peu de temps après, continuant de maintenir sa politique d’investissement pour un rendement maximal même si ceux-ci sont en flagrante contradiction avec les valeurs morales et éthiques d’une fondation caritative…

En 2006 le milliardaire Waren Buffet a effectué un don de 37 milliards de dollars à la fondation Bill & Melinda Gates, initiative louable en soi, sauf que les investissements de Waren Buffet sont loin de faire l’unanimité, les préoccupations sociales ou environnementales étant le cadet des soucis du milliardaire4, ce dernier étant surtout focalisé sur les rendements élevés de ses placements5 !

Tout juste 10 ans après, j’ai effectué des recherches pour voir si quelque chose avait changé dans le monde de la fondation Bill & Melinda Gates. Les bilans de la fondation étant désormais disponible sur le site de celle-ci6, la tâche s’en est trouvée simplifiée et je n’ai eu qu’à analyser sur le dernier bilan disponible (2016) les entreprises dans lesquelles celle-ci a investie.

Hélas, rien n’a changé

La fondation Bill & Melinda Gates a donc investi en 2016 pour un montant total de plus de 36 milliards de dollars dans diverses entreprises. J’ai extrait la liste des entreprises que l’on peut considérer comme réellement incompatible avec l’éthique que devrait avoir une association (soi-disant…) caritative ; autrement dit, outre les entreprises d’armement, les entreprises qui ont été reconnues coupables de pollutions massives, de malversations financières à grande échelle, de manquements flagrants aux droits humains ou à ceux des travailleurs. Bien entendu, certaines entreprises peuvent faire partie de plusieurs catégories, la plupart des industries polluantes étant en général peu regardantes sur les droits humains…

Et encore je n’ai pas été trop exigeant… De nombreux placements sont effectués dans d’autres sociétés d’investissements dont il était compliqué de savoir si leurs fonds étaient éthiques ou non, mais la plupart étant domiciliés dans des paradis fiscaux, on peut aisément en douter ! Sans compter plusieurs sociétés qui ne correspondent absolument pas à l’idée que je me fais d’une entreprise que je qualifierai « d’éco-responsable »… N’oublions pas non plus les nombreuses participations dans des entreprises pharmaceutiques avec pour la plupart, des pratiques commerciales et tarifaires douteuses ainsi que de nombreux manquements à l’éthique vis-à-vis de certains pays africains7 et pour d’autres quelques procès retentissants qui ne peuvent laisser indifférent8.

Bref, j’ai retenu les noms de 58 entreprises (la liste détaillée avec leurs griefs est disponible ici) qui ne devrait en aucun cas figurer dans la liste des investissements de la fondation Bill & Melinda Gates, mais dans lesquelles cette dernière a investie néanmoins presque 1,3 milliards de dollars en 2016…

J’ai classé les industries retenues selon leur grief principal, mais bien souvent celles-ci se retrouvent dans plusieurs catégories. Les industries implantées en Afrique étant souvent coutumières non seulement de pollutions, mais aussi d’un manque de respect flagrant des droits humains, tout ceci enrobé de malversations financières diverses et variées

On y trouve entre autre :

  • 8 entreprises d’armements (BAE System, Airbus SE, Loockeed Martin, Rolls Royce, Hanwha Corporation, Thales, Boeing, Mitsubishi Heavy Industries) pour 47,5 millions de dollars
  • De nombreuses compagnies pétrolières, dont la plupart sont responsables de nombreuses et très graves pollutions (Total, BP, ExxonMobil, Royal Dutch Shell, etc.) pour 76,5 millions de dollars
  • Des banques dont les scandales financiers sont notoires (Morgan Stanley, Barclays, UBS, HSBC, etc.) pour 171,2 millions de dollars
  • Des entreprises coupables d’atteintes aux droits humains, de faire travailler des enfants et autre joyeuseté du même genre pour 865,5 millions de dollars
  • J’y ai rajouté McDonald’s et Coca-Cola (plus quelques autres…) pour leur participation à la propagation de la malbouffe (85 millions de dollars)
  • Fait curieux, on y trouve aussi une entreprise de production de film pornographique pour 12,3 millions de dollars, ce que je trouve plutôt surprenant venant d’une fondation située dans un pays réputé pour son puritanisme et qui s’offusque lamentablement à la vue du moindre téton, ce dernier allant même jusqu’à provoquer un scandale national9

Je n’ai, hélas, pas réussi à trouver la liste des placements concernant la fortune personnelle de Bill Gates (le secret est jalousement gardé…) mais celle-ci étant géré par le même fonds d’investissement, avec les mêmes critères de rentabilité, je ne doute pas un instant que ceux-ci doivent être aussi peu recommandables !

Je confirme donc : l’unique but des placements de la fondation Bill & Melinda Gates est d’optimiser ses rendements financiers afin de faire le maximum de profits sans strictement aucune considération ni éthique, ni morale. Celle-ci, comme l’avait signalé Charles Piller, continuant notamment d’occuper des régions au sein desquelles elle investit par ailleurs dans diverses entreprises industrielles dont les niveaux de pollutions records qu’elles génèrent ne cessent de provoquer cancers, asthmes et autres maladies.

N’oublions pas, non plus, les investissements de la fondation Bill & Melinda Gates dans les industries de l’armement, telle que Airbus SE, elle-même actionnaire de Dassault Aviation, constructeur du Rafale, appareil pour lequel Thalès (dont par ailleurs la fondation Bill & Melida Gates est aussi actionnaire…) est un des principaux sous-traitant et dont l’Arabie Saoudite se sert pour bombarder le Yemen10 avec des armes à sous-munitions (bombes à fragmentation)11, causant directement la mort de nombreux civils ! Idem avec BAE qui, en 2015, a augmenté son profit de 1,3 milliards de livres sterling (et donc les dividendes versés à la fondation Bil & Melinda Gates !) grâce à la vente à cette même Arabie Saoudite d’avions Eurofighter Typhoons utilisés pour bombarder des civils au Yemen12.

Soyons clairs : Une organisation soi-disant caritative, fondée par un milliardaire qui prétend sauver le monde, qui investissent tous les deux des sommes colossales dans l’unique but de maximiser les profits et dans des industries qui ne respectent ni l’environnement ni la vie humaine ne méritent tous deux aucune considération.

Ce d’autant plus que les pratiques soi-disant caritatives de la fondation Bill et Melinda Gates, comme nous allons le découvrir, sont loin d’être irréprochables…

 

A suivre…

 

6 Fondation Bill & Melinda Gates : PART II, LINE 10b- INVESTMENTS – CORPORATE STOCK

7 Le Monde diplomatique : L’Afrique, cobaye de Big Pharma

8 Maladies cardiovasculaires, cholestérol et statines : La guerre des labos pharmaceutiques contre notre santé

Laisser un commentaire