Parfois, ils sont un peu cons chez Medscape

Deux articles sont parus en même temps sur le site de Medscape et vous allez vite comprendre le pourquoi du titre de cet article…

Le premier est intitulé « The Anti-statin Lobby Strikes Again: Time to Set the Record Straight » ; ce qui, pour ceux qui sont fâchés avec la langue de Shakespeare, signifie « Le Lobby anti-statines frappe à nouveau : il est temps de remettre les pendules à l’heure ». Cet article étant paru initialement sur l’ European Heart Journal », organe de propagande officiel de l’Eupean Society of Cardiology. Celui-ci fait suite à la rediffusion par Arté du documentaire « Cholestérol : le grand bluff » qui fit grand bruit dans les bureaux feutrés des pourvoyeurs de statines pour ses prises de position anti-statines, sa dénonciation des mensonges sur le cholestérol et de la corruption de la plupart de nos instances médicales.

En gros, cet article nous apprend qu’il existe des preuves accablantes que les statines et assimilés sauvent des vies, que faire baisser le cholestérol à des taux extrêmement bas ne peut être que bénéfique, que ce documentaire a détruit la confiance que les patients avaient vis-à-vis de leur médecin et qu’a la suite cette diffusion il a été constaté une augmentation de la mortalité cardiovasculaire consécutive à l’arrêt du traitement chez de nombreux patients ; ce qui est totalement faux, du moins pour la France[1] car il y a été constaté en 2013 (l’année de la première diffusion du documentaire) une légère diminution de la mortalité cardiovasculaire et des infarctus…

En conclusion, celui-ci fait état de la nécessité de contrer les effets potentiellement nuisibles des opposants aux statines (vous pouvez commencer à me préparer les oranges[2]…)

L’autre article, au demeurant fort intéressant, parle de l’utilité et de l’efficacité de la complémentation en coenzyme Q10 par les utilisateurs de statines afin d’éviter les crampes et autres douleurs musculaires. Passons sur le fait que l’article mélange les pourcentages relatifs (20 à 44 % d’efficacité pour les statines) avec les pourcentages absolus (5 à 10 % pour ce qui est des effets secondaires musculaires tels que les douleurs musculaires, les crampes et la faiblesse). Remettons les pendules à l’heure ; en pourcentages absolus ça nous donne environ moins  de 1 % d’efficacité pour les statines et jusqu’à 40 % patients qui se plaignent de douleurs musculaires (étude ACCORD) ainsi que jusqu’à 75 % des patients sportifs[3]

Pour en revenir aux coenzymes Q10, le bilan est très mitigé puisque qu’aucune étude n’a réussi, par manque de rigueur ou mauvaise méthodologie, à prouver qu’une supplémentation supprime ou réduit les douleurs musculaires concomitantes à la prise de statine. La conclusion étant « qu’il n’y a pas suffisamment de données probantes pour déterminer si la supplémentation orale de CoQ10 chez les patients atteints de SAMS (statin-associated muscle symptoms) atteint le tissu musculaire squelettique dans une mesure suffisante pour améliorer les déficits associés au traitement par statine et/ou contribuer à la pathologie de la SAMS. ».

Par contre, quelques phrases tirées de cet article sont extrêmement inquiétantes :

  • les statines réduisent la production de cholestérol en inhibant la voie du mévalonate, qui produit également des composés importants pour la fonction mitochondriale normale [y compris l’ubiquinone ou la coenzyme Q10 (CoQ10)]
  • le traitement à l’atorvastatine évoque la génération de dérivés réactifs de l’oxygène (ROS), ce qui entraîne une diminution de 39 % de la respiration mitochondriale maximale chez le rat
  • Cette même groupe de recherche a récemment fait état de plus de ROS et d’apoptose mitochondriale dans les muscles glycolytiques des patients atteints de symptômes musculaires associés aux statines (SAMS)
  • Les ARN messagers musculaires (ARNm) associés au dysfonctionnement mitochondrial et à la créatine kinase (CK) augmentent avec le traitement par statine chez l’homme, et l’expression musculaire CK plus élevée est généralement liée aux myopathies mitochondriales
  • Une récente étude d’entraînement a randomisé des adultes sédentaires, n’ayant jamais pris de statines, à 12 semaines d’exercices aérobiques supervisés seulement ou en combinaison avec la simvastatine à 40 mg par jour. Les indicateurs clés de l’adaptation mitochondriale à l’exercice d’endurance (c.-à-d. absorption maximale d’oxygène, activité citrate synthase et complexes mitochondriaux des muscles squelettiques) se sont améliorés comme prévu avec l’entraînement aérobique seul, mais pas avec l’entraînement à l’exercice et le traitement simultané à la simvastatine. Une étude similaire chez la souris a confirmé que la thérapie par les statines atténue les améliorations attendues de la fonction mitochondriale associées à l’entraînement physique. (NDLR : autrement, les statines gâchent tout le bienfait d’une activité physique…)
  • Une carence en CoQ10 entraîne un dysfonctionnement de la chaîne respiratoire et une production insuffisante de composés à haute énergie. La CoQ10 est transporté dans des particules de lipoprotéines de densité inférieure (LDL) et sa diminution s’accompagne d’une réduction du cholestérol sanguin, ce qui suggère que la diminution pourrait être due en partie à une réduction des particules de transport
  • des rats traités par l’atorvastatine (100 mg/kg de poids corporel) seule ou par l’atorvastatine en association avec la CoQ10 (100 mg/kg de poids corporel) pendant 22 jours ont démontré de multiples indices de dysfonction mitochondriale dans les fibres musculaires de type II avec l’atorvastatine

Bref, tout ceci fait plutôt peur, et il est quand même sacrement comique de la part de Medscape de mettre en parallèle un article vantant les mérites des statines avec un autre excessivement inquiétant sur les conséquences musculaires de la prise de celles-ci…

 

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer