À propos de quelques expressions courantes qu’il conviendrait d’interdire

L’actualité cardiovasculaire étant ces derniers temps plutôt reléguée à l’arrière-plan pour cause de coronavirus, j’ai eu envie de faire un billet sur un sujet qui m’interpelle, du fait de mon passé d’informaticien.

Nul ne peut ignorer le mouvement « BlackLivesMatter » qui, parti des USA, est en train d’essaimer un peu partout. Attention, le but de ce billet n’est surtout pas de polémiquer sur ce mouvement, mais plutôt sur les excès qui, hélas, en découlent. Et plus particulièrement de la remise en cause d’expressions courantes en informatique telles que liste blanches/noire, ou encore maître/esclave et que certains extrémistes poussent à faire supprimer. Ceci n’étant qu’un vaste enfumage qui ne résoudra en aucun cas le problème du racisme, celui-ci étant une idéologie fermement ancrée parmi une certaine frange de la population que le remplacement de quelques termes ne fera jamais changer d’avis…

Pour commencer, je me permettrai d’évoquer le cas de l’Oréal qui, dans un grand élan de solidarité (surtout en mode faux-cul orientation marketing…) avec le mouvement « Black Lives Matter » a décidé de «retirer les mots blanc/blanchissant, clair de tous ses produits destinés à uniformiser la peau1. ». Autrement dit, on n’appelle plus produit blanchissant un produit que, bien entendu, l’Oréal va continuer de commercialiser auprès de personnes à peau foncée et qui vont continuer de l’acheter afin de continuer à éclaircir celle-ci. Si ça ne s’appelle pas être faux-cul, je veux bien qu’on vienne me le botter (le cul…).

Pour en revenir à des considérations plus geekesques, le terme maître/esclave est couramment employé en informatique pour désigner un mode de communication où un dispositif ou processus principal contrôle un ou plusieurs autres dispositifs secondaires. Ce qui n’est d’ailleurs que le reflet de notre société actuelle, que l’on retrouve dans tous les milieux (entreprise, finance, politique, religion, armée…) et où un petit nombre d’individus à l’égo surdimensionné contrôle (et de manière de plus en plus dictatoriale…) le reste de la population…

Ce qui d’ailleurs ne semble choque personne, et surtout pas ceux qui dirigent !

Bref…

Personnellement, je suis quelqu’un que l’on peut absolument pas qualifier de raciste mais, durant toute ma carrière informatique, l’utilisation de ces termes ne m’a jamais interpelé. De même que l’utilisation de liste blanche/noir dont l’origine émane du fait que les voleurs étaient habituellement vêtus de couleurs sombres.

Alors, tant qu’à faire d’aller encore un peu plus dans l’excès (et dans la connerie), pourquoi ne pas interdire les expressions suivantes : broyer du noir, avoir des idées noires, un p’tit noir (un café euh… noir…, quoi), travail au noir, peste noire, l’or noir, une colère noire, être la bête noire, l’un dit blanc et l’autre noir, être dans le noir total, un endroit noir de monde, voir tout en noir, etc.

Cette liste étant bien entendue non exhaustive.

Et puisque l’on nage en plein délire, parlons aussi du racisme envers le monde asiatique vis-à-vis duquel il conviendrait aussi d’interdire les expressions suivantes : fièvre jaune, jaunisse, un petit jaune (un pastis), rire jaune, pages jaunes (annuaire), franchir la ligne jaune, sans oublier péril jaune…

Le racisme envers les Amérindiens conviendrait aussi d’exclure les expressions alerte rouge, agiter le chiffon rouge, du gros rouge (qui tache…), être dans le rouge, être la lanterne rouge, être rouge de honte (de confusion), ligne rouge, fil rouge, se fâcher tout rouge, tirer à boulets rouges…

Et puis allons-y avec le racisme anti-blanc puisqu’il paraît qu’il existe aussi : blanc-bec, blanc-seing, arme blanche, oie blanche, carte blanche, page blanche et pages blanches (annuaire), blanc comme neige, chauffé à blanc, colère blanche, connu comme le loup blanc, faire chou blanc…

Parlons aussi du racisme anti-noblesse (rapport à l’expression avoir le sang bleu : être d’origine noble) : colère bleue, être fleur bleue, n’y voir que du bleu, un bleu (jeune recrue), de la bleusaille, une peur bleue, un bleu (hématome)…

On peut aussi envisager de faire disparaître les expressions à base de clair, foncé,  brun, marron et gris qui pourraient aussi en fâcher quelques-uns.

Bref, de quoi faire une sacrée purge dans le dictionnaire des expressions françaises !

Mon avis est que l’humanité est en train de s’enfoncer irrémédiablement dans la stupidité la plus profonde. Plutôt que prendre le temps de la réflexion et vraiment traiter les problèmes intelligemment afin de les résoudre au mieux, nous assistons (et ce dans tous les domaines…) à une explosion de la bêtise, de la méchanceté, de l’avidité et de la médiocrité.

Monde de merde !

 

 

Laisser un commentaire