Antiagrégants plaquétaires après une pose de stent : 6 mois valent mieux que 12…

C’est la conclusion de cette nouvelle étude qui testait l’innocuité et l’efficacité d’un traitement antiplaquettaire double (TAPD) de 6 mois par rapport à 12 mois chez des patients présentant un infarctus du myocarde à segment ST élévé (STEMI) et subissant une intervention coronarienne percutanée primaire (PPCI) avec endoprothèse de deuxième génération à élution médicamenteuse (DES).

Le résultat principal, mortalité toutes causes confondues, IM, revascularisation, accident vasculaire cérébral et hémorragie majeure due à l’IIMT à 18 mois pour le DAPT de 6 mois contre 12 mois, était de 4,8 % contre 6,6 %.

  • Mortalité toutes causes confondues: 0,7 % contre 1,4 %
    IM: 1,8 % vs 1,8 %
    Saignement majeur TIMI: 0,2% vs. 0,5%

Résultats secondaires pour le DAPT de 6 mois par rapport au DAPT de 12 mois:

  • Thrombose de l’endoprothèse: 0,7 % vs 0,9 %
    Échec de la lésion cible: 1,2% vs 1,8%

Donc moins de mortalité (50% quand même…) et moins de saignements majeurs ainsi que thromboses pour une durée de 6 mois vs 12 mois.

Ce n’est pas la première étude qui va dans ce sens (et certainement pas la dernière…), mais ça n’empêche pas les cardiologues de continuer à conseiller (enfin, plutôt imposer…) 12 mois de traitement par double antiagrégation.

J’ai bien évidemment mis à jour la page Les antiagrégants plaquettaires après une pose de stent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :