Madame Buzyn, votre acharnement à forcer la vaccination contre la grippe devient plus que suspect…

Madame Buzyn, mais sur quel ton faut-il vous le dire : le vaccin contre la grippe est inefficace.

Faut-il vous le hurler : LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE EST  I-NE-FFI-CA-CE !

Plus précisément, aucune étude clinique n’a pu prouver une quelconque efficacité de ce vaccin. Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais la très sérieuse Collaboration Cochrane qui, après avoir examiné de nombreuses études et en avoir éliminé toutes celles foireuses, a conclu qu’il n’existe aucune preuve de l’efficacité du vaccin contre la grippe ni chez les enfants, ni chez les personnes âgées, ni chez le personnel de santé, ni chez les personnes atteintes de problèmes cardiovasculaires. Tout juste ont-ils trouvé un effet très modeste sur la réduction des symptômes et les arrêts de travail chez les adultes en bonne santé.

Le tout aussi sérieux CIDRAP (Center for Infectious Disease Research & Policy) de l’université de Minnesota, qui fait référence pour les maladies infectieuses (dont la grippe) à analysé, quant à lui, 5 707 études sur les vaccins antigrippaux. Une fois, là aussi, éliminé les études foireuses, incomplètes ou peu fiables, ses conclusions sont sans appel : « L’efficacité de la vaccination contre la grippe fait l’objet d’une surestimation systématique avec des recommandations reposant souvent sur un jugement professionnel et non sur des données scientifiquement solides… ». Le reste du rapport est du même acabit et ne laisse entrevoir qu’une protection très modérée pour les adultes en bonne santé âgés de 18 à 64 ans

J’en profite pour revenir sur la recommandation de la HAS qui, dans un style jésuitique digne de la plus hypocrite des rhétorique politique, a déclaré : « Ainsi, les dernières méta-analyses tant chez les personnes âgées que chez professionnels ne démontrent pas d’efficacité de la vaccination, ce qui est souvent interprété à tort comme une preuve d’inefficacité. » Et mon postérieur, c’est du poulet ? Personne n’a pu prouver une quelconque efficacité du vaccin antigrippal, mais ce n’est pas grave, on va mentir et faire comme si… Madame Buzyn, il serait peut-être temps de cesser de prendre les gens pour des imbéciles.

En outre, Madame Buzyn, si l’on parlait aussi des soi-disant 20 000 morts annuels dus à la grippe que vous brandissez comme un étendard dans le seul but d’affoler la population et ainsi de favoriser la vaccination (la peur fait vendre, c’est bien connu !). Élément de communication bidonné au possible et totalement faux puisque ce chiffre reprend à la louche l’ensemble de la surmortalité hivernale, qui n’est bien évidemment uniquement pas due (et surtout pas…) qu’à la grippe. À ce propos, je me permets de vous rappeler que le CépiDc (organisme qui comptabilise les causes de décès constatés par les médecins) fait état de seulement 317 décès dus à la grippe lors de l’hiver 2014 – 2015. Désolé si je n’ai pas de chiffres plus récents mais les données du CépiDc (pourtant organisme public, donc financé par nos impôts…) ne sont plus maintenant en libre accès. Il est vrai que la disponibilité de ces chiffres portait fortement préjudice à votre communication mensongère !

Pour terminer, la cerise sur le gâteau : cette année, le prix du vaccin contre la grippe a quasiment doublé, passant de 6,20 euros à 11,13 euros. Entraînant par conséquence un doublement de la facture de l’Assurance Maladie devrait ainsi atteindre les 63 millions d’euros en 2018 contre 35 millions en 20171. Facture dont le montant explosera encore plus si le gouvernement rend obligatoire la vaccination pour certaines catégories de personnes, tel que vous le préconisez.

Car, Madame Buzyn, tout le monde connaît la proximité que vous entretenez avec les laboratoires pharmaceutiques2 et votre acharnement à vouloir vacciner la population entière contre la grippe ne peut que renforcer cette suspicion. J’admire d’ailleurs avec quelle diplomatie vous poussez vos pions, utilisant pour l’instant une simple suggestion « Quand on voit les ravages de la grippe, je me pose la question de réinterroger le Conseil d’État sur l’obligation vaccinale des soignants » qui, finalement, laisse présager une obligation impérative « si nous voyons que la montée en charge de cette vaccination est insuffisante, je pense que nous pouvons réinterroger le Conseil d’État sur la possibilité de rendre cela obligatoire3 ». Bel exemple d’hypocrisie : on vous conseille de vous faire vacciner contre la grippe, mais si vous n’écoutez pas nos conseils, on vous y obligera de toute façon…
Rassurez-vous, Madame Buzyn, vos petits copains du sénat (dont l’influence des industries de la santé sur leurs décisions n’est plus à démontrer4 5), mené par le sénateur Michel Amiel, anticipe vos prises de position et pensent sérieusement à rendre la vaccination contre la grippe obligatoire pour le personnel soignant6.
Si vous continuez à ce rythme, nous sommes en droit de nous poser la question : à quand la vaccination antigrippale obligatoire pour toute la population. Allez, sincèrement Madame Buzyn, ne me dites surtout pas que l’idée ne vous a pas effleurée…

J’en profite pour rappeler que les vaccins contre la grippe ont rapporté 1,5 milliard d’euros à Sanofi-Pasteur en 20167, ceux-ci représentant un tiers des ventes de sa division vaccin. Pas mal pour un vaccin inefficace qui n’empêche même pas les personnes âgées de décéder8.
Et je ne doute à aucun moment que la possibilité d’accroître encore plus ce chiffre d’affaires grâce la complicité du ministère de la santé de la propagande pharmaceutique ainsi que celle d’une poignée d’élus bien placés ne pourra que satisfaire l’appétit des actionnaires de Sanofi Pasteur.

Je  rappelle que la meilleure des prévention ne coûte quasiment rien et est d’une efficacité redoutable  :

  • Se laver les mains régulièrement avec du savon et de l’eau
  • Utiliser des mouchoirs en papier à usage unique et les jeter régulièrement dans une poubelle avec un couvercle. Se couvrir le nez et la bouche avec un mouchoir en papier chaque fois que vous éternuez ou toussez, et ne cracher que dans un mouchoir en papier
  • Porter un masque chirurgical (en vente dans les pharmacies) lorsque vous êtes malade
  • Éviter les contacts (serrer les mains, embrasser, partager des objets…)
  • Aérer son logement chaque jour

Mais, par contre, je reconnais bien volontiers que ces quelques conseils basiques mais néanmoins remarquablement efficients ont un très grave inconvénient : ils n’enrichissent pas les labos…

 

 

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer