Pourquoi les pourcentages relatifs devraient être interdits !

Ce n’est pas la première fois (et, hélas, ni la dernière…) que je dénonce l’utilisation des pourcentages relatifs dans les essais cliniques.

Voici un exemple frappant de leur manque d’objectivité :

Prenons un essai clinique d’une durée de 10 ans et avec 10 000 personnes dans chaque branche traitement et placebo. Dans la branche traitement, nous avons 1 évènement alors que dans la branche placebo nous avons 200 évènements (en 10 ans, quand même…). Ce qui nous donne un magnifique pourcentage relatif d’efficacité de 99,50 %1. L’interprétation que la plupart des personnes en feront est que ce super médicament est presque efficace à 100 %, autrement dit quasiment tous les patients traités sont guéris.

Ce qui est totalement faux et mensonger puisque nous avons un pourcentage d’efficacité absolu de 1,99 % sur la durée complète de l’essai (10 années), soit un pourcentage absolu annuel de 0,20 %2. Ce qui revient à dire que tous les ans on traite 10 000 personnes pour n’en guérir que 20…

Nettement moins reluisant, n’est-ce pas !

Si l’on prend l’exemple du vaccin Pfizer3 que le labo a crédité d’un mirobolant 95,6 % d’efficacité (relative, bien évidemment !), nous avons plus objectivement un pourcentage absolu d’efficacité de 0,71 % sur 3 mois, soit 2,36 % annuel estimé (eh oui, simplement estimé vu que l’efficacité du vaccin fond comme neige au soleil au bout de 4 ou 5 mois…).

Bref, les labos ainsi toutes les instances qui tournent autour (y compris les gouvernements et l’Union Européenne…) nous mentent et nous prennent vraiment pour des cons4 !

 

1 Je vous épargne les calculs, mais pour ceux qui souhaitent vérifier, la méthode de calcul est expliquée ici : Les pourcentages relatifs / absolus dans les essais cliniques
2 Par contre, les pourcentages relatifs sont totalement indépendants de la durée de l’essai
3 NEJM : Safety and Efficacy of the BNT162b2 mRNA Covid-19 Vaccine
4 Apparemment, une majorité de personnes semble aimer ça…

3 réflexions au sujet de “Pourquoi les pourcentages relatifs devraient être interdits !”

  1. Je partage entièrement votre conclusion.
    https://weoo.be/covid/

    Par contre, je trouve votre note 4 un peu sévère, car comment un citoyen lambda pourrait-il valablement s’informer pour résister au matraquage médiatique ambiant.
    Meilleures salutations

    Répondre
    • Un mensonge dit une fois reste un mensonge. Un mensonge répété 10 000 fois devient une vérité, en outre tout ce qui s’écarte de la doxa officielle est systématiquement classé comme propos complotiste (je n’y échappe pas sur mon site, et pourtant tout est sourcé et vérifiable…).
      La plupart des gens ne sont même plus capable de séparer le bon grain de l’ivraie, il est pourtant connu (pour peu que l’on se renseigne un minimum) que quasiment l’ensemble des médias français sont aux mains d’une dizaine de familles qui sont soit proches du gouvernement, soit ont des intérêts communs.
      Alors, sévère, non. Réaliste, oui…

      Répondre

Laisser un commentaire