COVID-19 : augmentation de 80 % des décès chez les vaccinés !

Je viens de tomber sur un document émanant de la très officielle «Public Health England», qui est une agence exécutive dépendant du Département de la Santé du Royaume-Uni. Autrement dit une institution gouvernementale officielle que l’on peut très difficilement assimiler à une obscure officine complotiste ou antivax…

Cette dernière a donc publié un document1 dans lequel elle fait le point sur les divers variant en circulation en Grande-Bretagne, mais on y trouve aussi un tableau reprenant les chiffres des hospitalisations et de la mortalité due au COVID-19 durant la période du 1er février 2021 au 2 août 2021.

Je vous le livre tel quel :

Même si on peut reconnaître une certaine imprécision dans ce tableau car celui-ci tient peu compte de la pyramide des âges, ni des comorbidités ayant peut-être favorisé les décès, on ne peut nier que les chiffres concernant la mortalité chez les vaccinés a de quoi inquiéter fortement. En effet, si l’on se base sur le total décès dans les 28 jours suivant la date d’un prélèvement positif, chez les vaccinés (2 doses) nous avons un total de 402 décès pour 47 008 personnes ayant attrapé le Covid et de l’autre 253 décès pour 151 054 personnes non-vaccinées ayant elles aussi attrapé le Covid, soit une augmentation de 80,5 % de la mortalité chez les vaccinés…

On peut donc reconnaître que ce tableau confirme que la communication du gouvernement est en partie vrai (ou en partie fausse…) : effectivement la vaccination réduit entre 2 et 3 fois les risques d’attraper le Covid et d’être hospitalisé. Hélas, ce qu’on vous cache est nettement moins réjouissant : vous avez quasiment 8 fois plus de risques de mourir si vous attrapez le Covid en étant vacciné…

C’est tout de même curieux (et extrêmement dommage) que ce fait ne soit pas évoqué juste avant que l’on vous vaccine contre le Covid…

 

5 réflexions au sujet de “COVID-19 : augmentation de 80 % des décès chez les vaccinés !”

  1. Bonjour à tous !
    J’ ai eu mes deux doses de vaccin , donc j’ ai moins de risques d’ être contaminée par cette saleté de virus , mais si je l’ attrape j’ ai plus de risques d’ en mourir … c’ est ça ?
    Je ne comprends pas comment je puis être relativement protégée par ce vaccin tout en étant plus à risque de décéder en cas de contamination puisqu’ on nous dit que le vaccin nous épargne des formes graves .
    Il est inutile de discuter de statistiques avec moi , je n’ y comprends rien , juste m’expliquer la chose d’ une façon simple , si possible .
    Merci !

    Répondre
    • Oui, Marianne, c’est exactement de que démontre cette étude d’observation publiée, je le répète, par le ministère de la Santé anglais. Je n’ai, hélas, pas trouvé d’infos supplémentaires.
      Les vaccins contre le COVID ont été mis sur le marché suite à la suite d’essais cliniques bâclés. Sous la pression des labos, les divers gouvernements, organismes de santé, UE, etc. n’ont retenu que ce qui les intéressait, à savoir les fameux (fumeux…?) 95 % d’efficacité, tout le reste est passé à la trappe (effets secondaires ou la perte d’efficacité des vaccins, par exemple).
      Quant aux discours de nos instances dirigeantes, les belles promesses n’engageant que ceux qui les écoutes, il est évident que ceux-ci ne reflètent en rien la réalité.
      Prends bien soin de toi…

      Répondre
  2. Je renvoie mon commentaire non tronqué j’espère cette fois. Y’a eu un glitch.

    Votre analyse amalgame 2 populations pour lesquelles les risques de décès sont très différents.
    En effet, selon les chiffres affichés, les moins de 50 ans encourent des risques de décès très faibles 0,03 à 0,05%, non vax et vax, et très peu de décès en quantité. C’est toujours trop malheureusement.

    La quasi totalité des décès se trouve chez les plus de 50 ans et là, le risque de décès est 3,3 fois plus élevé pour les non vaccinés selon les chiffres donnés. Soit une efficacité vaccinale de 70% pour cette tranche d’âge qui a longtemps été prioritaire.
    Si vous prenez les données françaises de la DREES pour le mois d’août, vous obtenez des résultats quasiment similaires.

    Répondre
    • 1. Ce n’est pas mon analyse, mais celle de la « Public Health England ». Je n’ai fait que mettre les chiffres en pourcentage.
      2. Je cite mes propos : « Même si on peut reconnaître une certaine imprécision dans ce tableau car celui-ci tient peu compte de la pyramide des âges, ni des comorbidités ayant peut-être favorisé les décès ». En outre, la limite ± de 50 ans est tout à fait arbitraire et n’est pas représentative ; en effet pourquoi 50 ans et non pas 60, 70 ou 80 ? Quelle est vraiment l’âge à partir duquel la courbe des évènements change vraiment ?
      3. Lorsque le gouvernement et les instances médicales (ainsi que d’ailleurs tous les médias et l’immense majorité de la population) reprennent en cœur le chiffre de 90 % d’efficacité (relative, bien évidemment…), il n’est jamais fait mention des tranches d’âges et ça ne semble déranger personne. D’autant que ces chiffres sont fournis par les labos d’après des études tout ce qu’il y a de plus bâclées…

      Répondre
  3. Votre analyse amalgame 2 populations pour lesquelles les risques de décès sont très différents.
    En effet les 50 ans et là, le risque de décès est 3,3 fois plus élevé pour les non vaccinés selon les chiffres donnés. Soit une efficacité vaccinale de 70% pour cette tranche d’âge qui a longtemps été prioritaire.
    Si vous prenez les données françaises de la DREES pour le mois d’août, vous obtenez des résultats quasiment similaires.

    Répondre

Laisser un commentaire