Efficacité des vaccins anti-covid : quel crédit apporter à ces chiffres ?

Je pense que personne n’est passé à côté de l’annonce du laboratoire Pfitzer1 concernant l’efficacité de son vaccin, celle-ci étant plus que fortement relayée par les différents médias.

Hélas, leur communiqué me fait l’effet de n’être qu’une opération publicitaire. Que voulez-vous, mon scepticisme habituel vis-à-vis des grosses industries dont l’unique but, ne l’oublions pas, est de faire un maximum de fric (et non pas de sauver la planète, ce point n’étant qu’accessoire…) me pousse à ne pas croire ces gens-là sur parole. Pour ceux qui doutent encore, je les encourage à lire cet article paru sur JAMA2, écrit par un médecin retraité participant à l’essai clinique du vaccin contre la COVID-19 initiée par le laboratoire Moderna et dans lequel il raconte les diverses malversations financières ayant éclaboussé celui-ci. Pour les réfractaires à l’anglais, un petit résumé est disponible sur le blog « Rédaction Médicale et Scientifique3 ».

Pour en revenir à l’efficacité du vaccin de Pfitzer, leur publication ne faisant état d’aucunes données chiffrées, je me permets donc de douter quand même un peu, juste un peu…

D’autant plus que la Russie, peu de temps après, a joué la surenchère en déclarant que leur vaccin Spoutnik-V est largement supérieur, car efficace à 92 %. Le communiqué officiel4, paru sur leur site (plus que largement orienté promotion et marketing…), fait état d’un pourcentage calculé sur 20 cas d’infection confirmés (identifiés dans le groupe placebo et dans le groupe recevant le vaccin) pour 40 000 participants à l’essai.

Donc relativisons, relativisons…

En outre, une publication parue sur le « British Medical Journal5 » dont le titre évocateur Les vaccins Covid-19 sauveront-ils des vies ? Les essais actuels ne sont pas conçus pour le dire démontre plusieurs lacunes que ce soit dans l’étude de l’efficacité : Aucun des essais actuellement en cours n’est conçu pour détecter une réduction de tout résultat grave tel que les admissions à l’hôpital, le recours aux soins intensifs ou les décès. Les vaccins ne sont pas non plus étudiés pour déterminer s’ils peuvent interrompre la transmission du virus.» ou encore l’exclusion de certaines catégories : Malgré le recrutement de dizaines de milliers de personnes, seuls deux essais recrutent des enfants de moins de 18 ans. Toutes excluent les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes ou qui allaitent.

Ce qui ne va pas empêcher, business oblige, de vacciner le maximum de personnes y compris celles pour lesquelles aucunes données scientifiques n’existe.

Je ne m’étendrais non plus sur les possibles effets secondaires qui ne seront même pas étudiée, car non évaluables sur une période d’essais aussi courte.

Donc relativisons, relativisons…

 

2 réflexions au sujet de “Efficacité des vaccins anti-covid : quel crédit apporter à ces chiffres ?”

Laisser un commentaire