Il y a, comme ça, des articles qui vous mettent du baume au cœur…

Concernant la réduction les maladies cardiovasculaires, il n’aura échappé à personne que la seule hypothèse retenue est une baisse intensive du cholestérol, quand bien même celle-ci ne montre que des résultats extrêmement moyens (et encore je suis gentil…).

Et voici donc un cardiologue qui, à contre courant de la pensée dominante, prône… le bonheur pour aider à la guérison.

Après un syndrome coronarien aigu, 20 % des patients présenteraient une dépression, 30 % de l’anxiété, tandis qu’un syndrome de stress post traumatique peut-être caractérisé dans 30 % des cas également. Ce qui a pour conséquence de multiplier la mortalité par 21.

Selon ce cardiologue, il y a deux maladies : celle soignée par le médecin et celle vécue par le patient, et qui n’ont souvent rien à voir. Et donc celui-ci conseille, plutôt que traiter ces problèmes à coup d’anti-dépresseurs et autres psychotropes, d’aider les patients à aller mieux par une prise en charge psychologique et par différentes techniques : respiration consciente, relaxation, cohérence cardiaque, méditation. Cette pratique faisant baisser le risque de récidive d’infarctus de 22 %.

Dans un autre article cité lors de cette interview, des chercheurs ont analysé 15 études comprenant 229 391 participants dont 10 études ont rapporté des données sur les événements cardiovasculaires et 9 études ont rapporté des données sur la mortalité toutes causes confondues, ce pendant une durée moyenne de 13,8 années. Les personnes les plus optimistes avaient un risque (relatif) de mortalité cardiovasculaire réduit de 35 %, et de mortalité toutes causes réduit de 26 %2.

Dans le même registre, une étude a suivi 4 139 participants, âgés de 45 à 75 ans, sans maladie cardiovasculaire connue pendant une moyenne de 13,4 ans3. La constatation est sans appel : l’isolement social est associé à un risque accru d’événement cardiovasculaire de plus de 40 % et à une mortalité toutes causes approchant 50 %.

Bon, alors ? Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?

Surtout pas le feu vert des labos, qui voient ainsi s’envoler une partie de leurs juteux bénéfices…

En résumé : Soyez heureux, ayez plein d’amis et mangez méditerranéen. Ça vous sauvera des maladies cardiovasculaires plus sûrement que n’importe quelle statine et strictement sans aucun effet secondaire !

 

 

Laisser un commentaire