Les statines et le cancer, double peine ?

En fouillant sur le web à la recherche de nouvelles informations sur les statines, je suis tombé sur le site C.U.R.E (Cancer Updates, Research & Education) parlant du cancer et sur lequel la journaliste Bonnie Annis1 parlait de son cancer du sein (stade 2 avec métastases dans les ganglions lymphatiques) pour lequel elle était en rémission et de son inquiétude à se voir prescrire une statine (Atorvastatine) afin de baisser un cholestérol un peu élevé. En effet, lors d’une visite de routine chez son oncologue, elle y découvre un article dont le titre évocateur posait la question : « Les statines préviennent-elles ou favorisent-elles le cancer ? »

Toujours à l’affût d’informations sur les dangerosités des statines, j’ai donc détaillé l’étude citée en référence2 et parue initialement sur Current Oncology (A Canadian Research Journal).

Je ne suis pas spécialiste en ce domaine, je vous livre donc, brut de décoffrage, le mécanisme selon lequel les statines favoriseraient le cancer : « Les statines augmentent le nombre de cellules T régulatrices (Tregs) in vivo en induisant le facteur de transcription P32. Bien que cette augmentation puisse être bénéfique pour stabiliser la plaque d’athérosclérose en réduisant la réponse des lymphocytes T effecteurs dans l’athérome, elle pourrait nuire à la fois à la réponse immunitaire innée et adaptative de l’hôte et à la réponse immunitaire antitumorale. Il n’est pas surprenant de constater que le nombre de Tregs présent dans de nombreuses tumeurs solides est inversement corrélé à la survie des patients ». Le plus intéressant en étant la conclusion :  « Nous estimons qu’il y a suffisamment de preuves que les statines peuvent favoriser le cancer dans certains segments de la population. À l’heure actuelle, les indications du traitement par statines sont fondées sur les taux de lipoprotéines, les maladies cardiovasculaires prévalentes, d’autres facteurs de risque vasculaire et les antécédents familiaux. Il est peut-être temps d’adopter un nouveau paradigme qui inclut également l’âge, les cancers prévalents, les antécédents de cancer et l’immunocompétence générale »

Même si quelques études tente de prouver que les statines ne favorisent pas les cancers (certaines tentant même de prouver qu’elles aideraient à leur guérison), beaucoup d’autres démontrent, à contrario, que non seulement un taux de cholestérol bas favorise les cancers, mais qu’en plus les statines sont elles aussi un élément aggravant. On peut d’ailleurs remarquer que dans beaucoup d’études sur les statines, les cancers (et surtout les cancers du sein) sont un des critères d’éviction des essais cliniques…

Dans cette étude, il est notamment fait état d’une augmentation significative des cancers lors des l’essai clinique PROSPER et TNT ainsi que lors d’une analyse à posteriori de l’essai clinique LIPID. L’étude CARE faisant, pour sa part, remonter une augmentation plus que significative des cancers du sein. Il est évoqué aussi les études WOSCOPS (Long-term follow-up) dans laquelle il a été relevé une augmentation des cancers de la prostate ainsi que dans l’étude « Use of Statins and Outcome of BCG Treatment for Bladder Cance » dans laquelle il est signalé : « Cependant, chez 53 % des patients qui ont pris des statines, la tumeur est devenue plus agressive, alors que ce changement est survenu chez seulement 18 % des patients n’ayant pas pris de statines. De même, 42 % des patients du groupe statine ont dû subir une cystectomie radicale, contre seulement 14 % des patients n’ayant pas pris de statines ».

Je trouve quand même tout ceci extrêmement inquiétant ! À l’heure où les cancers sont en constante augmentation, il serait temps que les pouvoirs publics et les hautes instances de santé prennent conscience non seulement du peu d’efficacité des statines, de leurs dangerosités et surtout du fait que maintes études prouvent que l’on vieillit mieux et en meilleur santé avec un taux de cholestérol un peu élevé. La journaliste Bonnie Annis conclue son article en constatant que le cancer étant très répandu dans la population, en particulier chez les personnes âgées et que la pharmacovigilance ainsi que le suivi des médicaments étant quasiment inexistant, une augmentation de l’incidence du cancer induite par les statines passera probablement inaperçue !

Mais il est vrai que tout ceci fait le bonheur des labos car non contents de vous vendre un produit qui vous rends malade, ils sont encore plus heureux de vous vendre un produit pour en soigner les effets secondaires.

Double peine pour vous, et double business pour eux…

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer