La fondation Bill & Melinda Gates, le summum de l’hypocrisie (4) ?

Mortalité en Afrique : où se situe la véritable urgence ?

Pour en revenir à la vaccination, on ne peut pas nier le bien fondé d’une vaccination ciblée vis-à-vis de l’éradication de certaines maladies, mais il existe d’autres priorités tout aussi urgentes, si ce n’est plus, en Afrique. N’oublions pas que les principaux fléaux mondiaux (avec les maladies qui en découlent…) sont la malnutrition, le manque d’hygiène et d’accès à l’eau potable, ce dernier point étant dû bien souvent à la pollution par les matières fécales des points d’eau. L’amélioration de ces conditions à permis de faire diminuer rapidement la mortalité due aux maladies infectieuses telles que la rougeole et la coqueluche dans les pays civilisés, bien avant l’introduction des vaccins correspondant1 !

Quelques chiffres extraits du rapport « BAROMÈTRE 2017 DE L’EAU DE L’HYGIÈNE & DE L’ASSAINISSEMENT »2 :

  • 3,5 milliards de personnes boivent chaque jour de l’eau dangereuse ou de qualité douteuse
  • 1,8 milliards de personnes consomment une eau contaminée par des matières fécales
  • 2,6 millions de personnes meurent chaque année en raison des maladies liées à l’eau et à un environnement insalubre
  • 361 000 enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de diarrhée causée par un accès à de l’eau polluée, soit presque 1 000 enfants par jour
  • 90 % des eaux usées des pays en développement sont rejetées, sans avoir été traitées, dans les rivières, les lacs et les zones côtières

L’eau polluée tue plus que les guerres, le sida et le cancer. Toujours d’après ce document, la pollution par l’eau insalubre est responsable de :

  • Diarrhée : 1,7 milliard de personnes affectées chaque année et plus de 842 000 morts
  • Fièvre typhoïde et para typhoïde : 7 millions de cas environ au niveau mondial
  • Paludisme : Entre 300 et 500 millions de cas et plus d’un million de décès chaque année
  • Choléra : entre 1,4 et 4,3 millions de cas chaque année et 148 000 morts chaque année
  • Intoxication à l’Arsenic : La contamination des eaux souterraines par l’arsenic est désormais reconnue comme un problème de santé publique dans plusieurs pays d’Asie (Bangladesh, Inde, Iran, Pakistan, Népal, Chine, Cambodge, Laos, Vietnam)

L’OMS faisant état3, en plus, des maladies suivantes :

  • Schistosomiase (bilharziose) : 160 millions de personnes sont atteintes
  • Helminthiases intestinales : 133 millions de personnes souffrent d’helminthiases intestinales sévères qui ont souvent de graves conséquences : déficience cognitive, syndrome dysentérique ou anémie. Elles provoquent environ 9 400 décès par an
  • Encéphalite japonaise (Asie du sud-est) : 20 % des personnes présentant une encéphalite japonaise symptomatique décèdent et 35 % ont une atteinte cérébrale irréversible
  • Hépatite A : 1, 5 millions de cas d’hépatite A par an

N’oublions pas, non plus, les nombreuses régions où la famine sévit à cause des guerres et de la sécheresse4. Celle-ci est en progression constant ces dernières années et les chiffres cités par l’OMS sont alarmants5 :

  • Nombre total d’affamés dans le monde: 815 millions, dont :
    • en Asie : 520 millions
    • en Afrique : 243 millions
    • en Amérique latine et Caraïbes : 42 millions
  • Part de la population mondiale souffrant de la faim : 11 %
    • Asie : 11,7 %
    • Afrique : 20 % (en Afrique orientale 33,9 %)
    • Amérique latine et Caraïbes : 6,6 %

Quant aux enfants, ceux-ci paient un lourd tribut puisque plus de 160 millions d’enfants dans le monde souffriraient de malnutrition et cette dernière serait responsable de plus d’un tiers des décès des enfants de moins de cinq ans6.

Docteur Bill et Mr. Hyde…

Une alimentation correcte et l’accès à une eau potable de qualité est un élément primordial pour la santé de la population africaine et est non seulement indispensable pour sauver des vies, mais aussi pour éviter de nombreuses maladies.

Alors que penser d’une campagne de vaccination qui aurait coûté la bagatelle de 571 millions de dollars dans un pays où les conditions d’hygiènes sont déplorables et l’accès à l’eau potable un luxe, alors que la Croix-rouge n’a besoin que de 3000 dollars pour creuser un puits7 ? Quel intérêt de vacciner des enfants sous-alimentés si c’est pour les laisser mourir de faim ensuite. À moins que la fondation ne vaccine que les enfants bien portant ?

Alors que penser des campagnes de vaccinations, financées par la fondation Bill & Melinda Gates, dans des régions où sont implantés diverses entreprises extrêmement polluantes, responsables de nombreux cas de cancers, asthmes et autres maladies, et financées par la fondation Bill & Melinda Gates, celle-ci en étant un actionnaire important8 ?

Que penser de la main-mise de la fondation Bill & Melinda Gates sur le personnel local de santé lors des campagnes de vaccination, monopolisant celui-ci alors que leur nombre est déjà réduit, puis les abandonnant à leur sort une fois la campagne de vaccination terminée, ceci dans des pays où le manque d’infrastructures est flagrant, le personnel soignant sous-représenté et les moyens dérisoires9.

Que penser d’une fondation prétendant sauver le monde et qui est aussi actionnaire d’entreprises d’armements telles que Airbus Industries, elle-même actionnaire de Dassault Aviation, constructeur du Rafale, appareil pour lequel Thalès (dont par ailleurs la fondation Bill & Melida Gates est aussi actionnaire…) est un des principaux sous-traitant et dont l’Arabie Saoudite se sert pour bombarder le Yemen10 avec des armes à sous-munitions (dont l’utilisation est par ailleurs interdite…)11, causant directement la mort de nombreux civils ? Idem avec BAE qui, en 2015, a augmenté son profit de 1,3 milliards de livres sterling (et donc les dividendes versés à la fondation Bil & Melinda Gates puisque celle-ci en est actionnaire !) grâce à la vente à cette même Arabie Saoudite d’avions Eurofighter Typhoons utilisés pour bombarder des civils au Yemen12.

Quand je vous disais que c’est peu reluisant…

 

A suivre…

 

7 International Committee of Red Cross : Chad: a lifeline of clean water

Laisser un commentaire