Les labos pharmaceutiques et les oncologues remercient chaleureusement la FNSEA pour son action en faveur du maintien des pesticides

Je ne me permettrai jamais de dire que les revendications des agriculteurs ne sont pas justifiées, bien au contraire, j’approuve totalement leurs revendications face à un système qui les asphyxie.

Sauf lorsqu’ils sont manipulés par un syndicat dont le président tient plus du businessman avide de dividende que du simple agriculteur1.

Le chapitre « Positionnement » de sa page Wikipédia résume très bien le personnage : Arnaud Rousseau a exprimé publiquement être en faveur des organismes génétiquement modifiés (OGM), son soutien à la réintroduction des semences enrobées de néonicotinoïdes, des méga-bassines et des pesticides. Il travaille de manière prépondérante au service de l’agro-industrie.

Quant à la FNSEA, il faut savoir que la majorité de son chiffre d’affaires est constitué par la vente de ce qu’ils appellent pudiquement des « produits phytosanitaires » ; autrement dit : engrais chimiques, pesticides, désherbants et autres saloperies2.

Donc la FNSEA s’enrichit grâce à la vente de produits chimiques divers autant que nocifs. On constatera que sa communication est des plus ambigus puisque cette dernière reconnaît que beaucoup d’agriculteurs sont victimes des pesticides et en même temps (oui, je sais, le fameux « en même temps »…), fustige le gouvernement qui, d’après eux, se défausse de toute responsabilité face à cet enjeu qui appelle solidarité et reconnaissance pour les malades professionnels !3.

Je ne nie pas que le gouvernement à sa part de responsabilité, mais dire que c’est la faute à l’état qui délivre les autorisations de mise sur le marché, et aucunement celle de la FNSEA qui se fait des c……s en or en commercialisant ces produits confine à l’hypocrisie la plus méprisable.

La FNSEA a donc gagné. Les agriculteurs vont pouvoir balancer dans la nature, sans aucun contrôles, encore plus de pesticides. Tant pis pour eux, mais surtout pour tous ceux qui vivent ou travaillent près de leurs lieux d’épandage. J’ajouterai une pensée émue pour les enfants dont les écoles bordent leurs champs, et qui vont pouvoir profiter de ces bienfaits4 (c’est de l’humour noir, je précise…).

L’excellent magazine indépendant Reporterre (un peu de pub en passant…) vient de sortir un article sur les dangers du cadmium5 que l’on retrouve quantité alarmante dans l’alimentation via les céréales, légumes, racines et tubercules.

Un rapport de Santé publique France6 fait état d’une augmentation alarmante de l’intoxication de la population française par le cadmium, celui-ci étant présent dans l’environnement (sols, air, eaux) du fait de sa présence dans la croûte terrestre et des apports anthropiques liés aux activités industrielles et agricoles (engrais minéraux phosphatés, fertilisants et amendements organiques).

Un petit résumé de ses effets : Son absorption après une exposition alimentaire chez l’homme est relativement faible mais le cadmium est efficacement retenu dans les reins et le foie, avec une très longue demi-vie biologique allant de 10 à 30 ans. Le cadmium est principalement toxique pour les reins, en particulier où son accumulation peut provoquer une altération de la fonction rénale. Il peut également provoquer des effets osseux de type déminéralisation osseuse, entraînant un risque augmenté de fractures. Après une exposition prolongée et/ou importante, il peut apparaître une diminution du débit de filtration glomérulaire, susceptible d’évoluer vers une insuffisance rénale. Le cadmium entraîne également des effets reprotoxiques. Plusieurs études récentes menées chez des femmes enceintes rapportent une diminution du périmètre crânien chez les nouveau-nés, en lien avec une exposition de la mère au cadmium. Des études menées chez les adultes mettent en évidence un lien entre l’exposition au cadmium et le développement de l’athérosclérose et une augmentation de la prévalence des maladies vasculaires en lien avec l’athérosclérose.

En outre, l’exposition orale prolongée de l’homme au Cadmium induit des néphropathies, des maladies osseuses, des troubles de la reproduction et un risque accru de cancer pour plusieurs organes (poumon, prostate, reins et pancréas)7.

Ceci s’ajoutant à ce que l’on sait déjà sur les méfaits des résidus qui trainent dans la nature8, c’est plutôt inquiétant pour l’avenir et peu réjouissant, n’est-ce-pas ?

Tout le monde sait qu’un autre type d’agriculture réduisant fortement les intrants chimiques est tout à fait possible. Je ne dis pas que la chose est facile, mais beaucoup y réussissent et démontrent avec succès qu’une agriculture saine, respectueuse de l’environnement et des populations est tout à fait réalisable.

Sauf que ceci irait à l’encontre du juteux business de la FNSEA.

Au lieu de se remettre en question et se concentrer sur les vrais problèmes (les prix de vente totalement chapeautés par la grande distribution et les intermédiaires, une PAC déconnecté de la réalité et qui ne profite qu’aux plus riches, la course aux rendements à tout prix, etc), celle-ci n’arrête pas de manipuler les pauvres agriculteurs afin d’augmenter ses profits, peu importe les conséquences que cela puisse avoir sur leur santé ainsi que celle de nombreux autres individus.

Alors oui, messieurs de la FNSEA, les labos pharmaceutiques et les oncologues vous remercient chaleureusement pour tout ce juteux business supplémentaire que votre lobbying va leur générer dans les années à venir.

Oui, je sais : monde de merde !

 

2 réflexions au sujet de “Les labos pharmaceutiques et les oncologues remercient chaleureusement la FNSEA pour son action en faveur du maintien des pesticides”

  1. Bonjour à tous !
    Je suis une péquenaude de naissance et d’ âme , suis solidaire de l’ action des paysans , mais j’ ai les yeux grands ouverts , les grands céréaliers ne peuvent avoir les mêmes intérêts que le petit maraicher …
    Je ne peux que constater la raréfaction des insectes et des oiseaux en plus des autres dommages des pesticides .

    Répondre

Laisser un commentaire