Rapport risque/bénéfice, nous prendrait-on pour des brêles ?

Je reviens sur ce fameux rapport risque/bénéfice des vaccins.

Pour ce faire je me suis référé à l’étude du vaccin Ad26.COV2.S de Johnson & Johnson qui accrédite ce dernier d’une efficacité de 66 % (28 jours après l’injection), quant aux événements thromboemboliques veineux, ceux-ci n’étant de 0,04 %, ils ne remettraient donc pas en cause le rapport bénéfice/risque de ce dernier.

Sauf que labos usent (et abusent) une fois de plus du mélange des % relatifs (méthode de calcul extrêmement avantageuse) pour parler de l’efficacité et % absolus (beaucoup moins avantageux mais plus proche de la réalité) pour parler des effets secondaires.

Par honnêteté, je vais mettre le tout en % absolus :

  • Efficacité du vaccin : 0,64 %
  • Événements thromboemboliques veineux : 0,04 %

Nettement moins favorable, n’est-ce pas ?

Passons le tout en % relatifs :

  • Efficacité du vaccin : 65,8 %
  • Événements thromboemboliques veineux : 72,73 %

Carrément une catastrophe !

Et pour finir, faisons exactement l’inverse des labos :

  • Efficacité du vaccin : 0,64 %
  • Événements thromboemboliques veineux : 72,73 %

Oups…

 

8 réflexions au sujet de “Rapport risque/bénéfice, nous prendrait-on pour des brêles ?”

  1. Bel article !! Merci
    Autre point de vue sur les vaccins du dr de Lorgeril qui date de qqes semaines:
    « Soyons clairs. Le virus circule (survit) en allant de l’un à l’autre. Si l’autre meurt ou s’il guérit (en tuant le virus), le virus ne circule plus.
    Un infecté qui a guérit a tué son virus, il n’est plus contagieux.
    Un vacciné n’a pas guéri car il n’a pas tué son virus puisque, en général, il ne l’a pas encore rencontré.
    Va-t-il le tuer quand il le rencontrera et avant qu’il ne circule vers quelqu’un d’autre ?
    Qui peut répondre ? Personne !
    Toutefois, on peut espérer qu’un vacciné pourrait neutraliser plus vite un virus rencontré par hasard. Ce n’est pas une guérison certes mais on peut espérer que l’infection et la contagiosité soient moins fortes. C’est hypothétique mais possible.
    Les vaccins actuels immunisent, selon les industriels et les autorités sanitaires conniventes, environ 70% des vaccinés. Ça dépend des variants et des vaccins, chaque industriel prétendant que « la sienne est la plus grosse » comme on dit à la récré…
    Tout ceci est relatif mais on peut admettre avec beaucoup d’optimisme que la vaccination, d’une façon ou l’autre, freine la circulation du virus. Un peu ? Beaucoup ? Passionnément ?
    Pour un académicien avec un QI moyen, moins le vaccin est efficace, moins il empêche le virus de circuler et plus il faut des vaccinés.
    Ça n’empêchera jamais le virus de circuler sauf si ce virus est très sympa…
    Mais on peut penser que ça peut en freiner certains, au moins un peu…
    Un académicien avec un QI un peu plus que moyen sait tout ça et alerte déjà les autorités sanitaires : vite une autre dose ! » ……Cordialement (3 ième dose et plus… au fil des variants, ne pas nuire, dans le doute s’abstenir et bouger ses neurones appelées « intuition »)

    Répondre
  2. Cette fameuse balance risques/bénéfices !
    J’ai créé un petit groupe d’amis et famille, je les informe ou plutôt, je pense les informer des risques de ces « vaccins », des traitements précoces et du barrage du gouvernement pour les appliquer, des conflits d’intérêts, etc…
    Très peu de retours, des personnes qui vont se faire vacciner malgré tout
    Je me suis entendue dire par un ami que, comme ni lui ni moi n’étions scientifiques ou médecins, nous n’étions pas à même de juger si les « vaccins » étaient dangereux ou pas
    Mon avis est que, et je le déplore, je ne peux plus donner ma confiance aveugle à nos soignants, et qu’il me faut prendre en main ma santé.
    Merci beaucoup pour vos articles

    Répondre
    • Bonjour Marie
      Je suis dans le même cas que vous
      Et quand je parle des vaccins à mon entourage je me fais bouler
      Souvent je déplore le manque de recherche sur les soins et pour beaucoup Raoult est un charlatan Marié que voulez-vous ? Nous sommes pas des médecins mais rassurez-vous nous ne sommes pas non plus des moutons

      Répondre
    • Je vous rassure, je reçois régulièrement des mails d’insultes car n’étant pas médecin ,ni cardiologue, je n’aurais aucune légitimité pour parler de cholestérol… Pour l’anecdote, un médecin (un curieux…) a atterri sur mon site et m’a félicité pour la somme des connaissances accumulées sur ce sujet.
      Sinon, pour le reste, je constate que la plupart des gens ne veulent surtout plus réfléchir, et par conséquent suivent bêtement les lignes directrices pondues par des gens dont le bien-être de la population est loin d’être leur préoccupation majeure !

      Répondre

Laisser un commentaire