Trial GAUSS-2

Titre officiel :

The GAUSS-2 Randomized, Placebo-Controlled Phase 3 Clinical Trial of Evolocumab

Date de publication :

juin 2014

Durée :

12 semaines

Sponsor :

  • AMGEN

Conflits d’intérets :

Participants :

GAUSS-2 a recruté des patients âgés de 18 à 80 ans sans traitement par statines ou à faible dose. Les participants avaient le cholestérol LDL-C au-dessus de l’objectif du programme national de traitement du cholestérol (NCEP) ainsi qu’une intolérance antérieure à ≥2 statines, définie comme l’incapacité à tolérer n’importe quelle dose ou d’augmenter la dose au-dessus de la plus petite dose en raison des effets secondaires musculaires intolérables.

Interventions :

  • Alirocumab 75 mg SC Q2W plus ezetimibe par voie orale par placebo tous les jours
  • Ezetimibe 10 mg / jour par voie orale plus Evolocumab placebo administré par voie sous-cutanée

Sources :

Anti-PCSK9 Antibody Effectively Lowers Cholesterol in Patients With Statin Intolerance : The GAUSS-2 Randomized, Placebo-Controlled Phase 3 Clinical Trial of Evolocumab

Quelques réflexions concernant cette étude clinique :

Les inhibiteurs de la PCSK9 font très fortement baisser le cholestérol, plus que les statines et l’ézétimibe.

Et après ? Les inhibiteurs de la PCSK9 font très fortement baisser le cholestérol.

Ok, ça, on le savait déjà…. Mais ensuite ?

Ah, bon ? C’est tout ? Rien sur l’amorce d’une quelconque baisse des maladies cardiovasculaires concomitantes à cette baisse pharamineuse du cholestérol LDL-C. Non, rien de rien…

Passons directement à la conclusion officielle : Une efficacité robuste combinée à une tolérabilité favorable fait de l’evolocumab une thérapie prometteuse pour répondre aux besoins cliniques largement non satisfaits chez les patients à risque élevé atteints de cholestérol élevé qui sont intolérants aux statines.

C’est un discours digne d’un homme politique… Du vent et rien d’autre…

Passons donc aux effets secondaires…

Parce que là; au moins il y a des résultats. Hélas…

Effets secondaires répertoriés dans le cadre de l’étude GAUSS-2 :
Catégorie d’effets indésirableEzetimibeAlirocumab
Nombre de participants102205
Nbre%Nbre%
Tous effets secondaires indésirables7473%13566%
Effets secondaires indésirables graves44,0%63,0%
Effets secondaires indésirables conduisant à l’arrêt du traitement1313,0%178,0%
Maux de tête99,0%168,0%
Myalgie1818,0%168,0%
Douleurs aux extrémités11,0%147,0%
Spasmes musculaires44,0%136,0%
Fatigue1010,0%94,0%
Nasopharyngite37,0%73,0%
Diarrhée77,0%52,0%
Érythème au site d’injection22,0%42,0%
Parasthésie55,0%21,0%
Influenza33,0%11,0%
Prurit44,0%00,0%
Problèmes musculo-squelettiques2323,0%2512,0%
Myalgie1818,0%168,0%
Douleurs musculo-squelettique33,0%32,0%
Faiblesse musculaire11,0%21,0%
Réactions potentielles au point d’injection88,0%63,0%

Ce qui est étonnant, c’est que jusqu’à présent, les effets secondaires indésirables des médicaments hypocholestérolémiants étaient fortement minimisés par les labos. Bien souvent, ceux-ci n’apparaissaient même pas dans leurs essais cliniques. Et là, lorsque l’on constate la fréquence des effets indésirables : 73% d’effets indésirables et 25% de douleurs musculaires pour l’ezetimibe (respectivement 66% et 12% pour l’evolocumab) sur une durée de 12 semaines et avec des patients triés sur le volet, il y a de quoi faire peur à tous ceux qui en prennent à vie !

En conclusion :

Baisse du cholestérol LDL-C. Rien d’autre.

Ah, si… Des effets secondaires indésirables à la pelle !

Dernière modification : 2018-03-20

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer