Trial ODYSSEY ALTERNATIVE

Titre officiel :

The ODYSSEY ALTERNATIVE randomized trial

Date de publication :

27 août 2015

Durée :

24 semaines

Sponsor :

  • Sanofi and Regeneron Pharmaceuticals, Inc.

Conflits d’intérets :

Dr Moriarty has received research support from Amgen, Kowa, Lilly, Novartis, Sanofi, Regeneron, Genzyme, Pfizer, Catabasis, Esperion, B. Braun, and Kaneka; has received honoraria from Amarin and Kowa; and has received payments as a consultant for Regeneron, Duke Clinical Research Institute, Lilly, Catabasis, B Braun, Kaneka, and Genzyme. Dr Thompson is an employee of Hartford Hospital, Hartford, CT; has received research grants from National Institutes of Health, Genomas Pharmaceuticals, Roche, Sanofi, Regeneron, Esperion, Amarin, and Pfizer; honoraria from Merck, AstraZeneca, Kowa, and Amarin; has been an expert witness on cases on cardiac complications of exercise and cases of statin myopathy; has an ownership interest in Abbvie, Abbott Labs, General Electric, and J&J; and has been a consultant/advisory board member for Amgen, AstraZeneca, Regeneron, Merck, Genoma, Runners World, Sanofi, Esperion, and Amarin. Dr Cannon has received personal fees from Sanofi and Regeneron Pharmaceuticals, Inc during the conduct of the study; has received grants from Accumetrics, Arisaph, AstraZeneca, and Boehringer-Ingelheim, has received personal fees from CSL Behring, Essentialis, Janssen, Lipimedix, BMS, and Pfizer, and has received grants and personal fees from GlaxoSmithKline, Merck, and Takeda, outside the submitted work. Dr Guyton has received research support from Regeneron/Sanofi, Genzyme/Sanofi, GlaxoSmithKline, Amarin Pharma, and Amgen; has received speaker honoraria from Merck; holds stock in Eli Lilly; and has received consulting fees from Regeneron/Sanofi, Novella, and Merck. Dr Bergeron has received research support as a clinical investigator from Amarin, Amgen, Catabesis, Isis, Merck, Novartis, Pfizer, Regeneron, and Sanofi; has been a consultant/advisory board member for Aegerion (Canada), Amgen (Canada), Sanofi (Canada), and Valeant (Canada); and has given educational lectures to GPs for Merck and Valeant. Dr Zieve has received research grants from AstraZeneca, Boehringer Ingelheim, Eli Lilly, Genkyotex, Novartis, Novo-Nordisk, Pfizer, Regeneron, and Sanofi; and has stock ownership in Johnson and Johnson. Dr Bruckert has received research grants from Amgen, Danone, and Aegerion; has received honoraria from Genfit and AstraZeneca; and has been a consultant/advisory board member for Aegerion, Amgen, MSD, Unilever, Danone, and Sanofi-Regeneron. Dr Jacobson is a consultant/advisory board member for Amarin, Amgen, AstraZeneca, Merck, Regeneron, and Sanofi. Dr Kopecky has received personal fees from Applied Clinical Intelligence, Prime Therapeutics, Esperion Therapeutics, Merck, Inc, and Fusion Conferences; has received nonfinancial support from Genzyme, Regeneron, and Amgen, and has received other support from the American Society for Preventive Cardiology, Mayo Clinic Support Services Texas Non Profit Health Organization, and the Familial Hypercholesterolemia Foundation outside the submitted work. Dr Baccara-Dinet is an employee of Sanofi. Drs Du and Pordy are employees of Regeneron Pharmaceuticals, Inc. Dr Gipe is an employee of Regeneron Pharmaceuticals, Inc; and has stock ownership in Regeneron Pharmaceuticals, Inc.

Participants :

Les patients présentant un risque cardiovasculaire modéré ou élevé (tel que défini dans le texte complémentaire 2) étaient admissibles s’ils avaient une concentration sérique LDL-C ≥ 100 mg / dL (2,6 mmol / L) lors de la sélection; les patients à risque très élevé étaient admissibles s’ils avaient un taux de LDL-C ≥ 70 mg / dL (1,8 mmol / L) sérique calculé. Au cours du dépistage, chaque patient a rempli un questionnaire qui recueillait des données sur l’historique des traitements
et des symptômes des statines.

Interventions :

  • Alirocumab (75mg / 15 jours, puis 150mg / 15 jours)
  • Ezetimibe (10mg / jour)
  • Atorvastatine (20mg / jour)

Sources :

Efficacy and safety of alirocumab vs ezetimibe in statin-intolerant patients, with a statin rechallenge arm: The ODYSSEY ALTERNATIVE randomized trial

Quelques réflexions concernant cette étude clinique :

Le but de cette étude était de comparer l’alirocumab avec l’ézétimibe chez les patients à risque cardiovasculaire modéré à élevé et concernés par une intolérance aux statines (incapacité à tolérer ≤2 statines, dont une à la dose initiale la plus basse approuvée) en raison de symptômes musculaires. Un groupe « placebo » et un groupe « statines » ont été inclus dans une tentative de confirmation de l’intolérance à ces dernières.

Je cite la conclusion officielle : La moyenne de référence (écart-type) LDL-C était de 191,3 (69,3) mg / dL (5,0 [1,8] mmol / L). L’alirocumab a réduit la moyenne (erreur-type) de LDL-C de 45,0% (2,2%) contre 14,6% (2,2%) avec l’ézétimibe (différence moyenne de 30,4% [3,1%], p <0,0001). Les événements musculo-squelettiques étaient moins fréquents avec l’alirocumab vs l’atorvastatine (hazard ratio 0,61, intervalle de confiance à 95% 0,38-0,99, p = 0,042). Conclusions : L’alirocumab a produit des réductions de LDL-C plus élevées que l’ézétimibe chez les patients intolérants aux statines, avec moins d’effets indésirables du muscle squelettique vs atorvastatine.

Malgré une baisse conséquente du taux de cholestérol, il n’est fait aucune mention d’un quelconque effet sur la réduction des maladies cardiovasculaires ! Apparemment, ce n’était pas le but de cette étude qui ne concernait que la baisse du cholestérol ainsi que les effets musculo-squelettiques des inhibiteurs de PCSK9 versus ézétimibe ou statines.

Et puisqu’on parle des effets secondaires…

Bien que les auteurs de l’étude se glorifient que Dans l’ensemble, les taux d’effets indésirables émergents et graves étaient en général semblables entre les groupes de traitement, il est néanmoins peu rassurant de constater que plus de 80% des patients ont ressenti des effets secondaires indésirables (eh oui, plus des 3/4 des patients quand même !) et que 25% des patients ont quitté l’étude à cause de ces mêmes effets indésirables…

Effets secondaires répertoriés dans le cadre de l’étude ODYSSEY ALTERNATIVE :
Catégorie d’effets indésirableAlirocumabEzetimibeAtorvastatin
Nombre de participants12612463
Nbre%Nbre%Nbre%
Tous effets secondaires indésirables confondus10482,5%10080,6%5485,7%
Effets secondaires indésirables graves129,5%108,1%711,1%
Effets secondaires indésirables conduisant à l’arrêt du traitement2324,6%3123,4%1627%
Effets secondaires indésirables musculo-squelettiques4132,5%5141,1%2946,0%
Effets secondaires indésirables musculo-squelettiques conduisant à l’arrêt du traitement2015,9%2520,2%1422,2%
Myalgies3124,6%2923,4%1727%
Arthralgies75,6%97,3%57,9%
Douleurs dorsales54,0%75,6%57,9%
Spasmes musculaires54,0%97,3%711,1%
Faiblesse musculaire10,8%21,6%46,3%
Réaction au site d’injection64,8%64,8%11,6%
Événements cardiovasculaires ciblés43,2%10,8%11,6%
dont : Infarctus myocardique non fatal10,8%00,0%00,0%
dont : Procédure de revascularisation coronarienne par ischémie32,4%10,8%11,6%
Créatine kinase >3 × ULN3/1262,4%2/1231,6%3/624,8%

Comme on peut le voir et contrairement à ce que tout ce qu’on a pu entendre de rassurant de la part des labos, prendre des médicaments hypocholestérolémiants, quels qu’ils soient, n’est pas anodin. Les effets secondaires sont nombreux puisque plus de 80% des patients en ont eu à subir les inconvénients (que se soit avec l’evolocumab, l’ezetimibe ou les statines), ce qui à d’ailleurs conduit un quart d’entre eux à cesser leur traitement…
Surtout que dans cet essai clinique, il n’est question d’aucune réduction des maladies cardiovasculaires (ce qui devrait être le cas, dixit les labos et toutes les instances médicales, dès que l’on fait baisser le cholestérol… Il est aussi paradoxal de constater qu’un nombre de revascularisation plus élevé, ainsi que le seul infarctus, sont apparus dans le groupe PCSK9, alors que la baisse du cholestérol y est plus importante. Cruel manque de chance…

En conclusion :

Les inhibiteurs de la PCSK9 font fortement baisser le cholestérol, certes. Et après ? Si il n’y a aucune corrélation avec une baisse conséquente des maladies cardiovasculaires, aucun intérêt. Surtout lorque l’on constate un tel
pourcentage d’effets secondaires indésirables !

Dernière modification : 2018-03-20

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer